Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Profanations

 

 

Claudine Castelnau

 

 

5 mars 2019

On a beaucoup parlé ces dernières semaines d’églises, de cimetières et d’autres lieux mémoriels profanés, vandalisés auxquels s’ajoutent les agressions haineuses, racistes et antireligieuses. Le ministère de l’Intérieur qui est aussi en charge des cultes a détaillé dans un communiqué, le 12 février, 541 faits antisémites (violences, tentatives d’homicide, un homicide, des atteintes aux biens et des menaces à caractère antisémite.)

Par ailleurs 100 faits antimusulmans et 1083 actes antichrétiens (dégradations de bâtiments religieux ou de sépultures, inscriptions sataniques, croix gammées, tags nationalistes ou néo-nazis et vols ou dégradation d’objets religieux) ont été recensés par ce même ministère, mais sans plus de précision. Derniers en date : la profanation d’un cimetière juif dans le Bas-Rhin ou encore le week-end dernier à Strasbourg, la vandalisation de la stèle marquant l’emplacement de l’ancienne synagogue dynamitée par les nazis en 1941.

Mais la France n’est hélas pas la seule dans le registre de profanations. Ainsi une nouvelle parue dans le quotidien irlandais The Irish Times et reprise sur le blog du Monde le 27 février, raconte la profanation, dans la crypte de l’église anglicane Saint-Michan de Dublin, l’une des plus anciennes églises de la République d’Irlande, de tombes où reposaient entre autres les corps momifiés d’une religieuse enterrée là il y a 300 ans et dont on a tourné la tête de 180 degrés et surtout la momie d’un chevalier croisé déposé il y a 800 ans et dont la tête a été emportée.

« Qui en veut aux momies de Saint-Michan de Dublin », se demande l’Irish Times.

Et personne ne sait qui était ce croisé, ayant probablement participé à la IVcroisade qui se termina par la mise à sac de Constantinople au début du 13e siècle. Il était de grande taille (1 m 98) un géant pour l’époque ! Et les responsables de l’église craignent que la tête volée ne se réduise en poussière hors de l’atmosphère protectrice de la crypte. En attendant, la crypte est fermée et la police enquête... sur ce vol baroque ! Au pays de Bram Stocker, l’auteur de Dracula...



Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

avantage  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.