Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Vandalismes

 

 

Claudine Castelnau

 

 

24 février 2019

En France, de nombreux cas de vandalisme à connotation raciste ou religieuse ont eu lieu ces derniers temps. Un vandalisme dans des églises que le Premier ministre a fermement condamné la semaine passée, dénonçant les dégradations dans cinq églises des Yvelines, du Gard ou encore du Tarn.
« En une semaine, en France, cinq églises ont été dégradées, a-t-il dit. Dans notre République laïque, on respecte les lieux de culte. De tels actes me choquent et doivent être unanimement condamnés. »
Et selon un bilan du ministère de l’Intérieur, pour l’année 2017, on a dénombré 978 atteintes aux édifices religieux et aux sépultures, dont 878 contre des lieux chrétiens.

Devant l’Assemblée nationale, Edouard Philippe avait déjà fait allusion à ces dégradations, dans une réponse sur le bond des actes antisémites, dénonçant « la remise en cause des lieux sacrés de notre République.  Je dis le mot [de sacré] à dessein, non pas pour me faire le défenseur de tel culte ou de telle religion. Mais enfin, Mesdames et Messieurs les députés, les cimetières sont respectés, les églises sont respectées, les synagogues sont respectées et les mosquées doivent être respectées ».
Et encore : « J’observe, jour après jour, des dégradations et des inscriptions scandaleuses. J’observe, jour après jour, des remises en cause des symboles auxquels la République est attachée. »

Quant au leader du parti Les Républicains, Laurent Wauquiez, il s’est avancé à parler de « christianophobie » : « Oui, il y a une christianophobie dans notre pays et nous ne la dénonçons pas assez. Qu’on soit croyant ou pas, ces profanations blessent. Nos églises sont des lieux de paix, elles sont notre Histoire. Nous devons les protéger. »

L’hebdomadaire protestant italien Riforma raconte cette semaine une autre forme de vandalisme, celui qui s’est exercé contre la plaque en marbre d’une place à Rome qui portait le nom de « Martin Luther » et la mention « Théologien allemand de la Réforme (1483-1546 ».

 

« Le vandalisme a eu lieu le 8 février, peu de jours avant la commémoration de la Fête de la Liberté (le 17 février) » remarque l’hebdomadaire. Le 17 février est un jour de fête cher aux protestants vaudois italiens qui, le 17 février 1848 reçurent enfin du roi Carlo-Alberto les Lettres patentes leur rendant leurs droits civiques et politiques. Après des siècles de persécution sanglante, d’assassinats, d’exil douloureux et de discrimination, les protestants vaudois italiens devenaient enfin des citoyens libres et égaux en droits. »

Pour saluer cette nouvelle et exprimer leur joie les Vaudois font encore aujourd’hui, dans les Vallées vaudoises entre autres, d'impressionnants feux de joie qui se voient d’une vallée à l’autre comme en 1848, et qui manifestent leur joie. On peut donc penser que le vandalisme qui s’est exercé à Rome contre la plaque au nom de Martin Luther, à quelques centaines de mètres du Colisée a voulu frapper une minorité religieuse protestante.

« Elle n’est, souligne Riforma, que le énième épisode de vandalisme qui a touché aussi des Eglises protestantes de la ville. » Des épisodes de vandalisme qui se sont vérifiés récemment, entre autres contre l’église baptiste du Trastevere, un quartier populaire de Rome. Cette église est active dans l’accueil des migrants et elle réclame un engagement concret de la part des autorités municipales et demande la réparation immédiate de la plaque de Martin Luther.

Le Conseil des Eglises protestantes romaines propose aussi qu’à tous les niveaux, de la formation soit organisée « sur le thème des minorités religieuses et le respect de la liberté religieuse, encore à risque dans notre pays. »



Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

avantage  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.