Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Antisémitisme

 

 

Claudine Castelnau

 

 

18 février 2019

 

Fédération protestante de France

Dans un communiqué du 13 février la Fédération protestante de France a exprimé « son indignation et sa vive préoccupation face à l’annonce de la hausse de 74 % des actes antisémites en France cette année.
Le protestantisme français rappelle à chacun l’indéfectible lien qui unit juifs et chrétiens et souhaite réaffirmer que l’antisémitisme est un péché contre l’homme et contre Dieu.
Pour lutter contre toute forme d’antisémitisme, elle invite chaque citoyen, croyant ou non croyant à relire, à découvrir et à partager la déclaration fraternelle du protestantisme français aux autorités juives de France (du 4 décembre 2017), une déclaration qui invite chacun à vivre la fraternité. Elle souhaite enfin manifester son soutien à la communauté juive et lui rappeler qu’elle se tient à ses côtés. »

 


Laurent Joffrin

Dans un éditorial du 15 février, Laurent Joffrin, directeur du quotidien Libération revient sur cette vague d’antisémitisme, un phénomène qui s’étend et prospère en France. « L’hydre toujours renaît, écrit-il, insidieuse ou brutale, diffuse ou violente. D’une année sur l’autre, les actes antisémites ont progressé, selon les statistiques officielles, de 74 %. Chiffre effrayant, même s’il s’agit d’une résurgence après deux années d’accalmie.

On ajoute souvent, à juste titre, que des actes de même nature frappent aussi les musulmans ou les catholiques. Mais si on voulait y voir une équivalence, elle serait en trompe-l’œil. Ces agressions antisémites, verbales ou physiques, visent une minorité bien plus petite que les autres. Un sinistre ratio glace le sang : alors qu’ils forment à peine 1 % de la population, les Français juifs subissent la moitié des attaques racistes recensées dans le pays.

Décourageante persistance de ce mal français multiséculaire, que rien, ni la pédagogie, ni la sanction, ni la réprobation des autorités les plus diverses, ni le souvenir du génocide nazi, ne semble pouvoir réduire.

Le premier réflexe est celui de la solidarité. Que nos compatriotes juifs soient insultés, harcelés, jusqu’à rendre leur vie quotidienne difficilement supportable et, dans certains cas, que cette haine ambiante aille jusqu’au meurtre, tout cela souille le drapeau de la République d’une tache de déshonneur. Cela intime aux autorités, et à toute la société, le devoir de réagir avec une ardente énergie.

On a diagnostiqué, il y a une dizaine d’années, le développement d’un « nouvel antisémitisme », lié à la montée de l’intégrisme islamiste, aux préjugés qui prévalent dans certains quartiers populaires, aux dérives d’un antisionisme qui cache mal une hostilité viscérale envers les juifs. Il est toujours à l’œuvre, à coup sûr.

Mais les flambées précédentes étaient souvent liées à des spasmes du conflit au Moyen-Orient. Rien de tel en 2018 : il faut craindre que la résurgence du mal ait aussi d’autres racines. »  

Joffrin énumère « La brutalisation du débat public, liée à la montée des partis extrêmes » ou encore « le succès numérique de la fachosphère », qui draine, sans pratiquement aucun contrôle, des audiences de plus en plus large sur la Toile, facilite les passages à l’acte, dont on a vu les incarnations morbides en marges de certains défilés de gilets jaunes.

Il est renforcé par un travers de plus en plus répandu, à dessein ou inconsciemment : le tropisme complotiste d’une partie croissante de l’opinion et de certains leaders politiques ou intellectuels. Ainsi la dénonciation obsessionnelle de forces plus ou moins obscures, d’oligarchies de l’ombre, de tireurs de ficelles de la finance, de réseaux subreptices et indistincts, est l’antichambre des clichés éculés mais toujours actifs inaugurés au XIXe siècle dans la France juive de Drumont, premier bréviaire français de la haine antijuive. Entre conspirationnisme et antisémitisme, le cousinage est étroit. Ceux qui professent le premier favorisent le second. »



Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

avantage  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.