Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Iran


anniversaire de la Révolution islamique

 

 

Claudine Castelnau

 

 

11 février 2019

L'Iran célèbre aujourd'hui les 40 ans de la révolution qui a donné naissance à la République islamique d'aujourd'hui. Et l'Iran n'a pas le cœur à la fête. Ni sur le plan économique, ni politique ni des droits de l'homme. Et encore moins des droits de la femme. « Les trentenaires questionnent de longue date leurs parents, écrit Le Monde : pourquoi ont-ils fait cette révolution ? »

En décembre 2017, on a même vu dans les manifestations « quelques slogans qui appelaient à la chute de la République islamique. » Le Monde du week end (10-11 février) a consacré un dossier de 8 pages à l'Iran d'aujourd'hui. Dont une page sur « La vie des femmes, entre foi et lois, entre chape de plomb et progressions, en 40 ans de révolution islamique. » Les statistiques montrent sans hésitation les changements positifs : un taux d'alphabétisation de 84 %, le niveau universitaire qui s'est considérablement élevé, les diplômées qui travaillent : 46,9 % en 2016, l'avancée timide des femmes au Parlement où elles sont 5,9 %, des femmes dans les conseils municipaux : 4029 en 2017.

Mais en même temps demeurent le port du voile obligatoire, la tutelle masculine, le témoignage d'une femme qui ne vaut que la moitié de celui d'un homme, le droit de sortie du pays d'une femme qui exige toujours formellement l'autorisation du tuteur (mari, père, frère) et d'autres limitations des droits des femmes... jusqu'à l'absurdité.

Ainsi, Le Monde du 10 février relate l'histoire d'un chanteur iranien puni, pour avoir, durant un concert à Téhéran, prêté son micro à sa guitariste qui a chanté en solo. Avec une jolie voix et pour le plaisir du public. Mais des journalistes proches des Gardiens de la Révolution ont réagit et le ministre de la culture et de l'orientation islamique a suspendu le chanteur pop Hamid Askari et l'entreprise qui organisait le concert, « le chant en solo d'une femme » constituant « une infraction » à la loi (islamique, bien sûr !). Et Hamid Askari est depuis interdit de toute activité musicale.

Et ce n'est pas le seul.  Un autre chanteur pop aussi a été récemment interdit car le clip qu'il avait mis en ligne, même pacifiste, ne respectait pas le thème que l'artiste avait communiqué aux autorités. « En Iran, rappelle Le Monde, les chanteurs doivent soumettre pour autorisation, les paroles, la musique et le contenu des clips » Et ne pas faire chanter de femme en solo !



Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

aujourd'hui  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.