Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Trois bonnes nouvelles

 

 

Claudine Castelnau

 

5 février 2019

 


Des activistes religieux pakistanais manifestent contre la libération d'Asia Bibi le 30 janvier 2019 à Lahore. (ARIF ALI/AFP)

 

La semaine passée a vue la libération définitive d’Asia Bibi, cette chrétienne pakistanaise emprisonnée durant pratiquement dix ans et condamnée à mort pour blasphème – en fait elle avait osé boire dans le verre d’eau destiné aux femmes musulmanes qui travaillaient avec elle dans les champs.
Son acquittement par la Cour suprême du Pakistan avait déclenché des émeutes dans les grandes villes du pays et elle avait dû être mise en sûreté par les autorités mais interdite aussi de quitter le pays parce que des fanatiques ne désarmant pas avaient réclamé une révision du jugement. Finalement déclarée libre elle a été accueillie au Canada avec sa famille.

Mais que de peines et de peurs et sûrement de douleur d’avoir perdu ce qui faisait sa vie et ses relations familiales et sociales dans son petit village du Pakistan. On lui souhaite de vivre enfin heureuse ! Et libre.


La paroisse protestante Béthel de La Haye et l’Eglise protestante aux Pays-Bas ont annoncé le 30 janvier que les services religieux qui avaient lieu en continu depuis le 26 octobre dans l’église s’arrêtaient, un accord ayant été trouvé entre les autorités néerlandaises et la famille arménienne Tamrazyan dont le père était menacé de mort pour son engagement politique en Arménie et qui avait fui son pays avec sa femme et ses trois enfants.

Ces réfugiés étaient sous le coup d’une expulsion après 9 ans aux Pays-Bas, leur demande de séjour ayant été finalement rejetée. Ils avaient été mis en sûreté dans cette paroisse. Un service religieux en continu durait nuit et jour depuis le 26 octobre et des centaines de pasteurs et de prêtres se relayaient, venus de tout le pays.

Le pasteur de la paroisse de La Haye, Derk Stegeman, avait expliqué : « Aux Pays-Bas, une loi interdit à l’État d’intervenir dans un lieu de culte lorsqu’un service est en cours. Alors nous avons décidé d’officier en continu. » Et il avait ajouté : « Nous n’avons pas prévu de date limite à cet asile religieux. Nous avons choisi cette solution pour les accueillir mais aussi pour créer la possibilité d’avoir une discussion sincère avec les autorités nationales afin de trouver une solution humaine pour les enfants réfugiés victimes de la législation. »

Il semble que la solidarité sans relâche ait porté ses fruits puisque l’accord trouvé pour la famille arménienne sera étendu à plus de 600 enfants et leurs familles installés depuis plusieurs années aux Pays-Bas et menacés d’expulsion. Leur cas va être réexaminés.

 

L’hebdomadaire protestant italien Riforma raconte : un timbre édité par la Società postale spagnola. Bonne nouvelle car durant longtemps le protestantisme a été banni en Espagne. A l’initiative des Eglises protestantes espagnoles et de 114 autres institutions, religieuses ou non, le timbre commémore le 5e centenaire de la Réforme et les 450 ans de la publication, en 1569, de la Bible de l’Oso en castillan, première traduction dans cette langue espagnole, mais imprimée à Bâle, loin d’Espagne où régnait l’Inquisition et où les rois catholiques avaient interdit la diffusion de la Bible en langue vulgaire.

 

 

Le timbre représente le portrait de Casiodoro de Reina un théologien catholique espagnol de l’ordre de San Jeronimo converti au protestantisme qui édita cette Bible de l’Ours qu’il tient dans sa main.

 

Cette Bible de l’Ours doit son nom à la gravure de sa couverture et de sa page de garde : un ours debout qui tente de s’emparer d’un nid d’abeille, la marque de l’imprimeur bavarois Mattias Apiarus, dont le nom signifie littéralement « des abeilles ».

La Bible de l’Ours encore utilisée aujourd’hui a servi l’évangélisation non seulement en Espagne mais aussi dans les pays d’Amérique latine. Quant à Casiodoro de Reina, poursuivi par l’Inquisition il est mort à Francfort-sur-le-Main en Allemagne.



Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

cron  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.