Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français



Janine Garisson


Janine Garrisson

 

 

Claudine Castelnau

 

5 février 2019

La Dépêche du Midi, Réforme, Le Monde et d’autres médias ont dédié une colonne ou deux à la mémoire de Janine Garrisson, décédée le 22 janvier à Montauban, sa ville. Et chacun de rappeler comme Réforme « une historienne ayant de l’humour, un tempérament parfois rugueux, protestante farouche. »

On retiendra d’elle qu’elle a servi de toute sa passion le protestantisme dans son histoire mouvementée dès ses débuts, en esprit libre et ne craignant pas d’affirmer que si elle était une « protestante ethnique » comme la qualifiait l’historien Bernard Cottret qui l’avait entendue dire en public : « Je suis protestante ce qui veut dire que je ne crois pas en Dieu » elle était ardemment fidèle à son histoire familiale « un lignage dont tous les membres ou presque étaient des protestants de Quercy. »

« Issue d’ne famille huguenote gagnée à la Réforme dès le 16e siècle », comme le rappelle Le Monde, elle grandit dans le cadre sévère et rigoureux d’un protestantisme marqué par des siècles de persécutions et d’ostracisme.
Son enfance est rythmée par l’étude du martyrologe des réformés français et nourrie des saintes Ecritures. Quatre heures le jeudi pour l’Ancien Testament, deux à l’« école du dimanche » au temple pour le Nouveau... Un apprentissage qui l’enchante jusqu’à l’adolescence. »

« A 15 ans, la foi m’est tombée aux pieds comme une vieille jupe », avait-elle confié, Mais cela n’entame pas une obsession mémorielle qui va guider ses choix d’historienne [...]  Hantée par cette sorte « d’archéologie du pogrom que fut la Saint-Barthélemy elle ne cesse d’aborder ce moment-clé » dans ses livres historiques, ses essais, et même des polars...

Un livre, « L’Homme protestant » et d’autres lui valurent quelques inimitiés dont elle n’avait que faire ! Sa passion ardente, « sa verve et son énergie, sa connaissance de l’époque (la Réforme protestante) et son plaidoyer pour une éthique qu’elle craint menacée font mouche (Le Monde). A sa manière énergique et vigoureuse, une grande dame du protestantisme français nous laisse un héritage critique et vivant. »



Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

cron  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.