Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 

Enfuies d’Arabie Saoudite

 

Claudine Castelnau

 

14 janvier 2019


L’histoire a fait grand bruit dans les médias la semaine passée et jeté une lumière crue sur les atteintes aux droits humains de l’Arabie Saoudite une fois encore, après l’assassinat commandité par les plus hautes autorités saoudiennes du journaliste et opposant saoudien Khassoggi à Istamboul. Rahaf Mohhamed al-Qunun, 18 ans a attiré l’attention après s’être enfuie d’Arabie Saoudite, fuyant sa famille.

Elle a abandonné l’islam, apostasie punie de mort et s'est coupé les cheveux. Elle s’est barricadée dans une chambre d’hôtel en Thaïlande où elle était en transit et a refusé de rentrer dans son pays. Elle a réussi à ameuter les internautes depuis Twitter et a demandé à être protégée et à pouvoir mener sa vie librement sans avoir à demander à un mâle gardien l’autorisation de sortir, de travailler, de voyager, de se marier.
Elle a attiré l'attention des médias et du Haut commissariat aux réfugiés qui l’a finalement prise en charge. Elle a demandé l’asile humanitaire à l’Australie qui n’a visiblement pas répondu, puis au Canada où elle l’a enfin obtenu.

 

.

 

Alors que le débat sur les droits de la femme continue en Arabie Saoudite, une autre jeune femme saoudienne qui s’est enfuie de son pays et qui est aussi réfugiée au Canada a voulu témoigner. Elle avait préparée méticuleusement sa fuite et celle de sa sœur, mettant argent et papiers d’identité de côté durant six années.

« Il n’y a pas de vie en Arabie Saoudite, dit-elle, je pouvais juste faire le trajet de la maison à l’université et retour. On me maltraitait, on m’expliquait sans cesse que les hommes sont supérieurs, j’étais obligée de prier, de faire le ramadan... Ici au Canada [où elle a demandé l’asile], je suis heureuse, je m’habille comme je veux, j’apprends à faire de la bicyclette et à nager et skier. Je vis. »

Human Rights Watch, qui milite pour le respect des droits de l’homme dénonçait une fois encore la politique de restriction des libertés du royaume saoudien et le nombre de femmes qui sont détenue, poursuivies et même torturés en prison pour avoir remis en question le système. A commencer par la puissance sans limite qui maintient les femmes prisonnières de leur famille.

Ainsi, une militante des droits des femmes qui avait accusé son père de viol et porté plainte a été en retour accusée devant la justice de « désobéissance » par ce père et elle a passé 7 mois en prison jusqu’à ce que d’autres militant attirent l’attention sur son cas et qu’elle soit relâchée !

Une autre femme également accusée de « désobéisssance » par son père et son frère qui la violaient a passé 3 mois en prison. Certaines ont tenté de fuir pour éviter un mariage forcé et ont été renvoyées à leur famille. Et lorsqu’en septembre 2016 une pétition avec 14 000 signatures a été envoyée à la Cour, demandant l’abolition du système de garde des femmes le grand Mufti Abdullaziz al-Sheikh a dénoncé la pétition comme « un crime contre la religion de l’islam et une menace exitentielle contre la société saoudienne. »

Un autre sheikh s’était déjà distingué en 2017 alors qu’il était question que les femmes puissent conduire en déclarant qu’elles en étaient incapables, car elles n’avaient « qu’un quart de cerveau. » Ce qui n’a pas empêché le roi d’autoriser les femmes à conduire. Maigre et ridicule compensation aux atteintes répétées aux droits des femmes !

Ce système se réfère à l’interprétation d’un verset du Coran qui dit : « Les hommes sont les protecteurs et les gardiens des femmes parce que Dieu leur a donné d’être plus forts qu’elles et parce qu’ils pourvoient à leurs besoins. »



Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

cron  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.