Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 

Japon

Le shintoïsme


 

Claudine Castelnau

 

11 décembre 2018

Le magazine du Monde, sortit le 8 décembre, consacre une page à une curieuse polémique au Japon. Une polémique qui implique d’un côté le gouvernement du nationaliste Premier ministre, Shinzo Abe, très attaché au culte shinto, incarné par l’empereur et de l’autre le prince Akishino, fils cadet de l’empereur Akihito qui a récemment abdiqué.

« Depuis le 7e siècle, chaque intronisation du nouvel empereur s’accompagne d’un rituel, le daijosai, lors duquel le nouvel empereur offre aux divinités du riz tout juste récolté. Il prie aussi pour le pays et les futures récoltes, explique Le Magazine du Monde. Et ce sont les conditions de financement de cette cérémonie prévue en novembre 2019 qui aujourd’hui font débat. »

Et, plus précisément c’est le prince Akishino qui a lancé ce débat en défendant la séparation du religieux et de l’Etat établi après la deuxième guerre mondiale et la défaite du Japon. Le prince refuse que l’Etat veuille directement financer les cérémonies sur les fonds alloués à la Maison impériale. Depuis les experts des questions impériales se perdent en exégèses, les uns reconnaissant certes le caractère religieux shintoïste du rituel mais un rite important pour l’intronisation du nouvel empereur, les autres regrettant que le prince n’ait pas tenu compte dans sa critique de la culture impériale traditionnelle plutôt que du caractère religieux.

Quant au Premier Ministre, un nationaliste de droite et révisionniste, connu entre autres pour son refus de reconnaître et de demander pardon pour les « femmes de réconfort », ces Coréennes et autres femmes asiatique véritables esclaves sexuelles recrutées de force par et pour l’armée et la marine impériales et obligées de se prostituer pour les combattants japonais. Et pour la provocation répétée de ses visites au temple Yukusuni, un temple shintoïste à la mémoire des militaires japonais dont des criminels de guerre « qui ont sacrifié leur précieuse vie » s’est justifié Shinzo Abe, refusant comme le personnel politique japonais de faire face à son passé au contraire de l’Allemagne par exemple. Et ajoutant aux tensions avec ses voisins, la Chine, Taïwan ou la Corée du Sud.

« L’entourage du Premier ministre a déploré l’intervention du prince, considérée comme une immixtion dans le domaine politique, normalement interdite à l’empereur », a relevé un proche du chef de l’Etat. Mais, selon le journaliste du Monde  près de 120 personnes notamment des chrétiens et des bouddhistes, prévoient d’engager une action auprès de tribunal de Tokyo pour tenter de bloquer le financement du daijosai par l’Etat. »

Lors du couronnement de l’empereur précédent, en 1990, la cérémonie avait coûté l’équivalent de 17 millions d’euros et des poursuites avaient déjà été engagées pour dénoncer l’atteinte à la séparation constitutionnelle du religieux et de l’Etat que représentait cette cérémonie shinto. Et la Haute Cour d’Osaka avait reconnu que le financement de ce rituel par l’Etat pouvait être inconstitutionnel...

Le shinto ou shintoïsme est la forme la plus ancienne de la religion au Japon. On ne connaît pas de date exacte permettant de déterminer l’apparition de cette forme de croyance. Elle s’apparente souvent à une croyance animiste plutôt qu’à une religion ayant des dogmes et des principes bien définis. On y retrouve le culte des ancêtres mais aussi le respect et la communion avec la nature dans la mesure où on retrouve les esprits supérieurs dans la plupart des éléments constituant la nature. La vénération des esprits ou kamis se déroule dans des sanctuaires mais aussi chez soi, dans le quotidien. Bon nombre de Japonais font ainsi appel aux rites shinto pour bénéficier des faveurs des kamis.



Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

cron  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.