Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Le blasphème

 

 

Claudine Castelnau

 

20 novembre 2018

Le site de la Fédération protestante avait dans sa revue de presse la semaine passée repris une émission d’Europe1 sur le blasphème avec l’avocat Roland Perez, chroniqueur droit de la station. « A-t-on le droit de blasphémer Dieu ? » lui a-t-on demandé.

L’actualité avec l’affaire d’Asia Bibi, cette Pakistanaise qui venait d’être acquittée après 10 ans de prison et une condamnation à mort était dans l’air mais aussi une affaire jugée le 25 octobre par la Cour européenne des droits de l’homme qui avait été saisie par une Autrichienne, condamnée en Autriche pour avoir qualifié Mahomet de pédophile pour avoir épousé une fillette de 6 ans lors d’une conférence sur la connaissance de l’islam. Condamnée pour ses propos jugés injurieux dans son pays, les faits remontent à 2012, elle attendait de la cour européenne qu’elle condamne l’Autriche pour avoir jugée ainsi.

Quels sont les motifs avancés pour faire ressurgir ce délit de blasphème ? Réponse de l’avocat :
« Préserver la paix religieuse et la tolérance mutuelle sont les arguments avancés par la cour avec à la clé cette idée que tous les pays d'Europe auraient l’obligation d’assurer la coexistence pacifique de toutes les religions et de ceux n’appartenant à aucune religion en garantissant la tolérance mutuelle. 
Dans le cas de la conférencière, il lui a été reproché un jugement de valeur, car elle n’aurait pas restitué dans leur contexte historique les faits, et rappelé par exemple que le prophète avait été également marié avec une épouse bien plus âgée que lui. Quoiqu’il en soit la liberté de penser en matière religieuse devrait être au centre de l’appel de cette décision devant la grande chambre de la cour européenne. »

Et l’avocat rappelait qu’il a fallu attendre la loi sur la liberté de la presse de 1881 en France pour bannir le délit de blasphème du droit. Mais qu’en Europe plusieurs pays comme l’Allemagne, la Pologne ou l’Italie, l’offense à une religion c’est-à-dire le délit de blasphème existe encore. Et en Alsace-Moselle il était encore dans le droit local il y a deux ans. Sans être appliqué...



Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

cron  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.