Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

L’Église catholique chinoise

et le Vatican


Claudine Castelnau

 

8 octobre 2018

Le 22 septembre, le Vatican annonçait qu’un accord avait été trouvé, enfin, avec la Chine concernant la nomination des évêques catholiques chinois. Un « accord provisoire », précise le communiqué... En tout cas un cap important dans les relations entre le Vatican et la Chine, hors de toute perspective d’établissement de relations diplomatiques avec la Chine.

« Pour le Vatican, écrit Le Monde, l’accord vise à remédier à la division des catholiques chinois entre une Eglise officielle étroitement contrôlée par le pouvoir chinois et dont sept des évêques ne sont pas reconnus par Rome [ils ont été nommés par le pouvoir chinois sans l’assentiment du pape] et une Eglise “souterraine” dont une quinzaine d’évêques ne sont pas reconnus par Pékin »

Et Le Monde de préciser que « ce premier pas porte uniquement sur les nominations d’évêques qui cristallisent les tensions entre les deux signataires. Aux yeux du Saint-Siège, les choix des évêques par le pape est la condition de l’exercice de la liberté religieuse ; mais pour Pékin, il est inconcevable de permettre à une autorité extérieure [le pape] de nommer souverainement des responsables [les évêques]. La Chine a crée une “association catholique patriotique” en 1957 qui nomme des évêques et ne reconnaît pas l’autorité de Rome. »
Et la déclaration de cette Eglise « patriotique » sur son amour pour la patrie et son « indépendance » vis- à–vis de Rome ajoute à la confusion !

 

.



On ne sait toujours pas ce que sera la procédure de nomination des futurs évêques. Et quel sera le sort de ceux reconnus par Rome mais pas par Pékin qui par ailleurs renforce considérablement sa pression depuis 2016 sur les cultes d’origine étrangère.

Protestants et catholiques ont pâti de la « sinisation » forcée (destruction de lieux de culte, de croix, de bibles, persécution de pasteurs, de prêtres et de fidèles.) Confusion supplémentaire, cette vive réaction de l’ex-évêque catholique de Hong Kong, le cardinal Zen, à l’accord Vatican-Chine : il crie à la trahison des catholiques de l’Eglise « souterraine » exclusivement fidèle à Rome et qui refuse d’être contrôlée par le Parti communiste :
« Les catholiques chinois de cette Eglise souterraine sont très tristes, clame-t-il. Ils se sentent perdus et abandonnés. Certains ont souffert en restant souterrains et fidèles au pape, sans se compromettre avec l’Association patriotique de l’Eglise officielle. Certains ont été menacés ou sont allés en prison. Et maintenant on leur dit que leur sacrifice n’a servi à rien. »

D’autres membres du clergé souterrain regrettent que le Vatican ait beaucoup donné et peu reçu. Par exemple sont cités ces 37 évêques « souterrains » qui n’ont pas été reconnus par Pékin dans l’accord.

Et quid du risque de division au sein de l’Eglise souterraine entre ceux qui feront de la résistance et ceux qui résignés intègreront l’Eglise patriotique.

Et le pouvoir chinois multiplie les pressions sur les chrétiens dans le cadre de cette « sinisation », ou abandon de tout ce qui n’est pas propre à la culture chinoise et préjudiciable aux traditions du pays. La « sinisation » des religions décidée en 2015 par Xi Jimping, vise « à contraindre les religions en Chine à intégrer les caractéristiques chinoises dans leurs croyances et les pratiques, de force s’il le faut », déclarait le Président.

De belles descentes de police, fermetures et destructions d’églises en vue... et autres brimades contre les récalcitrants.

Aux 12 millions de catholiques, Le Monde oublie, mais c’est habituel, les 20 millions de protestants officiels mais en fait quelque 70 millions de protestants en comptant les Eglises évangéliques et autres « Eglise de maison » qui résistent eux aussi à la « sinisation » chère à Xi Jingping.



Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

cron  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.