Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Roumanie

Mariage pour tous


Claudine Castelnau

 

8 octobre 2018

21 Etats-membres de l’Union européenne sur 27 autorisent mariages ou unions civiles entre homosexuels. La Roumanie qui n’a dépénalisé l’homosexualité qu’au début des années 2000 ne permet pas l’union de deux personnes du même sexe.

Avec l’initiative populaire qui avait lieu ce week-end, elle voulait inscrire cette interdiction dans la Constitution. Ainsi, désormais, le mariage à la sauce roumaine n’aurait plus été l’union « entre conjoints » mais « l’union entre un homme et une femme ».

Il aura fallu 3 millions de signatures et bien sûr l’appui de la très puissante Eglise orthodoxe roumaine (créditée au dernier sondage de 2002 de 87 % de fidèles) pour en arriver à ce référendum finalement sans succès.

Le patriarche de l’Eglise orthodoxe roumaine avait qualifié ce référendum d’ « acte patriotique » et sur le terrain des prêtres orthodoxes ont fait campagne pour le oui, afin de maintenir non seulement l’interdiction d’unions homosexuelles mais que ce soit inscrit dans la Constitution.

Résultat, deux camps se sont affrontés : les personnes « honorables » qui défendent les valeurs de la famille et de l’autre ceux qui les mettent en danger et « doivent être punis », constate un militant gay.

Et les défenseurs d’un Etat de droit s’attendent à ce que les plus réactionnaires, avec le soutien de l’Eglise orthodoxe, veuillent aller plus loin avec d’autres initiatives comme sur l’accès à l’éducation sexuelle ou le droit à l’avortement.

Bruxelles a mis en garde la Première ministre roumaine et lui a demandé de renoncer aux réformes menaçant l’Etat de droit et plusieurs députés européens ont vivement critiqué « le mauvais exemple de la Hongrie et de la Pologne » à ne pas suivre par la Roumanie.



Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

cron  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.