Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

aCopernic                                                                             Galilée

Reparlons de Galilée


Claudine Castelnau

 

8 octobre 2018

Le quotidien catholique La Croix a publié le 29 septembre un article à propos d’une lettre de l’astronome et mathématicien Galileo Galilei retrouvée cet été dans les archives de la Royal Society of London (l’une des plus anciennes académies scientifiques) où elle avait été très longuement oubliée, puisque Galilée a vécu entre 1564 et 1642.
La lettre de 7 pages en question est datée du 21 décembre 1613 ; elle est adressée à son ami mathématicien Benedetto Castelli de l’université de Pise.

Galilée y reprend des arguments scientifiques de Copernic dè 1543, pour affirmer que le centre de l’univers est le Soleil et non la Terre, contrairement à ce que dit la Bible. Galilée met d’ailleurs en doute au passage la compétence scientifique des ecclésiastiques... Il atténuera ses propos puis niera ensuite les avoir écrits, pour sauver sa tête !

Depuis on sait que le soleil est le centre du système solaire et non de l’univers mais Galilée a mis en question une vérité biblique [et non pas scientifique !] et à l’époque de la Contre-Réforme la démarche est dangereuse : l’Inquisition prévient Galilée - qui n’en tient pas compte - puis il le convoque en 1633 pour un procès en hérésie à cause de son livre reprenant les idées de Copernic. Le traité de Copernic sur les révolutions de sphères célestes n’a été publié pour la première fois qu’en 1543, juste avant sa mort, par un imprimeur luthérien de Nuremberg (Allemagne), ce qui explique probablement qu’il nait pas été poursuivi.

Sa théorie sur l’héliocentrisme (le soleil est au centre de l’univers) vaut à Galilée une peine de prison commuée en résidence surveillée chez lui à Florence, par le pape Urbain VIII son ami.

Giordano Bruno, un dominicain philosophe qui défendait entre autres l’héliocentrisme de Copernic a eu moins de chance : il a été brûlé au Campo dei Fiori, à Rome, pour hérésie en 1600 après 8 ans de procès.

Une astrophysicienne citée par La Croix explique que « Galilée a probablement pâti de défendre des idées très modernes au mauvais moment, celui du schisme protestant. L’Eglise catholique était sur la défensive en quelque sorte tandis que les Eglises protestantes étaient plus tolérantes quant à la Bible et à son interprétation. [...]  Il reste que ces nouvelles idées ne pouvaient être que des théories car « il était impossible au XVIe siècle de démontrer scientifiquement que la terre tournait autour du soleil [...] »



Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

cron  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.