Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 

L’Église ukrainienne serait autonome



Claudine Castelnau

 

10 septembre 2018

Au mois d’avril dernier, lors d’un voyage officiel en Turquie où réside le patriarche œcuménique orthodoxe Bartholomé, primus inter pares (« premier parmi ses égaux » par rapport aux autres patriarches du monde orthodoxe), le président ukrainien Petro Porochenko avait lancé l’initiative d’une Eglise orthodoxe nouvelle et ukrainienne, c’est-à-dire autocéphale, indépendante de celle de Moscou et surtout de l’Etat russe, ce que le patriarche de Moscou et l’Etat russe se refusent à accepter.

Une Eglise orthodoxe ukrainienne signifierait que ce n’est plus le patriarcat de Moscou qui pourrait revendiquer la naissance historique de l’Eglise orthodoxe à Kiev. L’affrontement entre les deux Eglises, celle de Moscou et de celle de Kiev a des racines anciennes mais l’actualité récente avec la révolution de 2014 qui a chassé le président pro-russe d’Ukraine, puis l’annexion de la Crimée et le conflit dans l’Est de l’Ukraine où les séparatistes pro-russes sont encouragés par Moscou à faire sécession et le patriarche de Moscou accusé d’être à la solde de Poutine et de soutenir les séparatistes, l’éloignement des deux Eglises n’a fait que s’accentuer. Le pouvoir ukrainien peut donc présenter l’indépendance de l’Eglise orthodoxe d’Ukraine comme un enjeu de sécurité et favorisant l’union nationale.

Le 28 août, le quotidien belge francophone La Libre Belgique a consacré un long article à cette décision historique : si l’Eglise orthodoxe d’Ukraine autoproclamée après l’indépendance du pays en 1992 et qui n’est reconnue par aucune autre Eglise orthodoxe dans le monde devenait autocéphale, elle serait une Eglise à part entière.
La décision appartient au patriarche de Constantinople d’approuver la requête d’indépendance appuyée donc par le patriarcat de Kiev et les députés ukrainiens. Et le patriarcat de Moscou perdrait nombre d’églises et de monastères et son influence en Ukraine, un coup sérieux pour son statut dans le monde orthodoxe où déjà existent de luttes d’infleune entre Constantinople et Moscou.

Selon un expert russe cité par La Libre Belgique « le patriarcat de Moscou pourrait demander au Kremlin d’user de son influence sur le président turc Erdogan afin que celui-ci fasse pression sur le patriarche Bartholomée. »

 

.



Que le président turc fasse pression sur le patriarche Bartholomée ? C’est probablement d’une grande naïveté de la part du patriarche de Moscou ! Car les relations entre le gouvernement turc et le patriarcat de Constantinople – Istamboul sont exécrables depuis des années. En fait depuis la fermeture en 1971 par l’Etat turc de l’important séminaire sur l’ïle d’Halki où les grands responsables grecs- orthodoxes étaient formés.

Mais de plus, le 2 août le gouvernement turc a annoncé l’ouverture d’un centre d’études islamiques sur cette île, juste en face du séminaire, une annonce qui sonne comme un véritable provocation et une tentative d’effacer plus encore l’identité grecque-orthodoxe en Turquie, au profit d’une Turquie musulmane.

Le président turc avait en 2013 proposé la réouverture du séminaire d’Halki contre la réhabilitation de deux mosquées à Athènes, un marchandage refusé.

Quant aux habitants de Halki, majoritairement de culture grecque-orthodoxe ils ne sont ne goûtent guère le projet de voir affluer des étudiants musulmans sur leur île…


Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

cron  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.