Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


a

Le Président Trump, le Vice-Président Pence et des leaders évangéliques prient à la Maison Blanche en septembre 2017


États-Unis


Trump et les évangéliques


Claudine Castelnau

 

 

7 mai 2018

Le 26 avril, l’hebdomadaire américain The NewYorker a publié un long article sur une réunion privée en Illinois d’évangéliques décidés à prendre leurs distances par rapport au Président Donald Trump. The NewYorker écrit : On note « une inquiétude grandissante dans le mouvement évangélique qui après avoir fortement soutenu une politique conservatrice (les Républicains) depuis le début des années 80 a vu ce soutien culminer aux dernières élections présidentielles avec 81 % d’évangéliques votant en faveur de Donald Trump. Et le soutien de 81 % d’évangéliques blancs à Donald Trump doit nous faire réfléchir », notait Doug Birsall, l’ancien responsable du Mouvement de Lausanne, une organisation évangélique internationale, à l’initiative de la convocation pour « consultation » de quelque 50 leaders évangéliques américains.

Dans une lettre aux participants, Birdsall précisait qu’un temps de la rencontre serait consacré à rédiger une « lettre pastorale », une déclaration destinée aux chrétiens troublés par le soutien croissant à Trump. Et à libérer le mot  évangéliques  de sa notion courante de partisan de l’extrême-droite et à se recentrer sur le Christ et l’Eglise.  Finalement, la déclaration n’a pas eu lieu de peur d’interférer avec une réunion en juin qui devrait rassembler un millier de leaders évangéliques autour du président Trump. Sommes-nous finalement démocrates ou républicains ?

La question politique a divisé l’Eglise ont dit certains. Des évangéliques noirs ont reproché aux églises et organisations évangéliques d’avoir considéré la défense des enfants à naître comme plus importante que celles des vivants de couleur (les Noirs). Katelyn Beaty, l’évangélique qui signe le compte-rendu dans The NewYorker exprime en conclusion son « profond désappointement devant la peur "déconcertante" de sa communauté spirituelle [les évangéliques] d’être accusée de faire de la politique, durant le temps de Trump et au delà.  
L’évangélisme fonctionne encore avec la séparation spirituel-séculier [...], relève-t-elle. Mais ce moment “trumpian” nous demande plus que le culte et la prière. Nous sommes appelés à prendre des risques. Nombre de chrétiens avant nous- le pasteur Dietrich Bonhoeffer, Martin Luther King, Desmond Tutu [archevêque anglican noir qui a résisté au temps de l’apartheid en Afrique du Sud au péril de sa vie], tous se sont dressés contre l'injustice avec courage et honneur. Ils n’ont pas eu peur de s’engager en politique, de dénoncer un système et une politique injustes. L’Eglise en est sortie plus forte. »


.

 


Faithful America, une communauté de chrétiens américains qui militent pour la justice sociale, dénonce dans son dernier communiqué le projet du comité évangélique qui conseille Donald Trump d’organiser un rallye avec quelque 1000 pasteurs évangéliques à Washington en juin prochain.

Le but de ce rassemblement : écouter Trump et recevoir les instructions pour les élections de mi-mandat en Novembre. « Cette alliance impie est un cancer sur le christianisme américain et nous ne pouvons laisser faire sans répondre à cette tentative de détournement lors d’une autre élection. Durant des dizaines d’années, des activistes d’extrême-droite ont faussement prétendu parler au nom de Dieu. Aujourd’hui, ces même extrémistes épousent ouvertement la rhétorique raciste et sexiste du Président Trump tout en lui trouvant des excuses pour son attitude égocentrique et sans pitié. Malheureusement, trop d’églises et de pasteurs ne bougent pas, effrayés à l’idée que parler contre l’idolâtrie du trumpisme déplairait à leurs fidèles conservateurs, à leur hiérarchie... »

Et la lettre de Faithfull America se termine par un appel à « lutter contre le péché de racisme et de sexisme dans l’Eglise. Trump a été capable de gagner le soutien de chrétiens simplement parce que trop d’églises et d’institutions chrétiennes ont toléré et même perpétué l’abaissement des femmes et des Noirs. Maintenant que Trump, #metoo et Black Lives Matter ont levé le voile, il est temps de changer. »



Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

cron  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.