Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Fête de saint Patrick


Claudine Castelnau

 

 

19 mars 2018

Un déluge de couleur verte, y compris pour la rivière Chicago qui traverse la ville, colorée en vert émeraude le 17 mars, jour de la Saint-Patrick, un prétexte à boire jusqu’à plus soif, des boissons alcoolisées et la fameuse bière brune et amère d’Irlande. La fête dure cinq jours en Irlande avec une parade, des déguisements, un trèfle à la boutonnière...

La Saint-Patrick, le 17 mars, est l’une des fêtes d’Irlande les plus célébrées à Dublin comme à New York où la parade débute près de la magnifique cathédrale catholique néogothique Saint-Patrick, ou à Chicago et ailleurs où se sont implantées des colonies irlandaises catholiques. Et à New York, la fête rassemble, lors d’un défilé, plusieurs centaines de milliers de personnes sur la 5e Avenue.

Quant à saint Patrick, patron de l’Irlande, il n’était pas irlandais mais un missionnaire venu évangéliser le pays au Vsiècle et y établir le christianisme. Il était né en dans une localité occupée à l’époque par les Romains, au sud du pays de Galles et fut, comme des milliers d’autres gens enlevé à l’âge de 16 ans, par des pirates venus d’Irlande, ramenés dans le pays comme esclave et affecté à garder des troupeaux.  

Il écrit, dans ses Confessions : « C’est là que le Seigneur me fit prendre conscience de mon manque de foi. Bien que cela ait pris du temps, j’ai fini par reconnaître mes faiblesses. Je me suis alors tourné de tout mon cœur vers le Seigneur Dieu et il s’est penché vers moi et a pris en pitié l’ignorance de ma jeunesse. »

Après six ans de captivité, il entend en songe une voix qui lui ordonne de retourner en Grande-Bretagne et qu’un bateau l’attendait, quelque trois cent soixante kilomètres plus loin et il s’enfuit. A nouveau capturé puis libéré peu de temps après, il a une nouvelle vision qui le supplie de repartir en Irlande.

 


.

 


On pense qu’il a étudié la théologie en France auprès de saint Germain l’évêque d’Auxerre, a été ordonné puis est reparti comme missionnaire évangéliser l’Irlande, non sans difficultés et souffrances : « Ils ne connaissaient pas Dieu, et ne servaient que des idoles. Mais maintenant, ils sont devenus le peuple du Seigneur et ont pour nom ‘enfants de Dieu’ », raconte-t-il dans ses Confessions ainsi que dans sa Lettre à Coroticus, un chef de guerre venu de Grande-Bretagne et qui avait envahi l’Irlande et enlevé et tué nombre de convertis de Patrick, alors évêque, qui condamne cette violence.
« Ainsi, écrit-il en colère, je vis parmi des tribus barbares, moi étranger et exilé pour l’amour de Dieu. »

On ignore la date exacte de la mort de Patrick, (en 460 ou en 490) on pense un 17 mars. Et ces textes Confessions et Lettre à Coronicus sont des textes historiquement vrais et ce que nous connaissons du saint vient largement de ce qu’il a écrit.

Depuis l’histoire de saint Patrick s’est embellie de mythes populaires, de légendes dans les siècles qui ont suivi sa mort. Ainsi celle encore racontée aujourd’hui du trèfle emblème national de l’Irlande : on dit qu’il utilisait ce trèfle à trois feuilles comme symbole de la Trinité, lorsqu’il prêchait pour convertir les païens.

On raconte encore qu’il a libéré l’Irlande de tous ses serpents en les chassant dans la mer. Au 7siècle, deux siècles après la mort de Patrick, un moine et historien irlandais Muichù, biographe de st Patrick, est responsable de la légende qui entoure le saint. « Il voulait, écrit Newsweek, créer un symbole de l’irishness qui unifierait [la nation irlandaise] et pour lui Patrick était la figure de proue nationale parfaite. »

St Patrick symbole de la nation irlandaise : Armagh. La ville est en Irlande du Nord, proche de la frontière avec la République d’Irlande. Certains s’amusent à la nommer la ville sainte, la capitale religieuse de l’Irlande car s’y trouvent, sur une colline, l’archevêché de la Church of Ireland, l’Eglise anglicane de toute l’île. Et sa cathédrale Saint-Patrick. Et sur l’autre colline, lui faisant face, la cathédrale saint Patrick, catholique, dont l’archevêque est primat des quatre archidiocèses catholiques de l’île.

 

 

Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

cron  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.