Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Le Taj Mahal et l’Inde


Claudine Castelnau

 

 

19 mars 2018

Le président Macron était en Inde ces jours derniers pour une visite diplomatique. Et devant le fameux Taj Mahal, mausolée de marbre blanc édifié au 17e siècle par l'empereur moghol musulman Shâh Jahân en mémoire de son épouse, il a rappelé que « la force de l’Inde tient et tiendra toujours dans sa capacité à marier ses religions et ses civilisations ».

Marier ses religions et ses civilisations... Que de langage diplomatique pour feindre d’ignorer que le dialogue religieux est de plus en plus compromis entre les nationalistes hindous intolérants et parfois violents, au pouvoir avec Narendra Modi, l’actuel Premier ministre et qui considèrent l’identité hindoue comme la seule identité nationale, les musulmans (20 % de la population) et les chrétiens.

Et le Taj Mahal en est un exemple : malgré sa beauté « il est considéré par les défenseurs extrémistes de l’identité hindoue comme une construction islamique, ils renient son appartenance au patrimoine indien. » Certains même prétendent, comme le ministre en chef de l’Uttar Pradesh, un religieux nationaliste hindou, que le Taj Mahal « ne reflète pas la culture indienne » et des responsables politiques, que le monument a été construit sur l’emplacement d’un temple hindou.

Ce n’est pas nouveau ! On se souvient des affrontements violents entre hindous et musulmans, à Ayodya, une ville de l’Uttar Pradesh, les hindous accusant un empereur moghol au 16e siècle d’avoir détruit un temple hindou et construit une mosquée sur le lieu de naissance du dieu Râma. La mosquée fut détruite en 1992 et 2000 personnes tuées dans ces affrontements.

Et aujourd’hui ? Le quotidien catholique La Croix racontait en janvier que les nationalistes hindous exigeaient des prières hindoues dans les écoles catholiques. Des heurts provoqués par une association d’étudiants hindouistes l’Akhil Bharatiya Vidyarthi Parishad (ABVP) avaient tenté de forcer un établissement scolaire tenu par des jésuites à Bombay pour y faire un rituel de dévotion à la déesse Bharat Mata déesse mère symbole de la nation indienne. « Depuis plusieurs mois déjà, le collège jésuite est harcelé par l’ABVP qui, sur les médias sociaux, cherche à nuire à sa réputation et à faire pression sur les élèves, écrivait La Croix. Ce n’est pas le premier établissement scolaire catholique menacé par les nationalistes hindouistes. » 

Un autre établissement catholique a dû fermer dans l’Etat du Madhya Pradesh gouverné depuis 2003 par le BJP [parti du premier ministre Modi]. Et un évêque dénonçait récemment les pressions faites sur les établissements scolaires catholiques pour les obliger à autoriser des cérémonies hindoues dans leurs établissements. Cet évêque rappelait que ces établissements catholiques ne célébraient pas de cérémonies chrétiennes dans l’enceinte de leurs établissements. Alors pourquoi des rituels hindous ?

 

.

 


Enfin des efforts menés par les nationalistes hindous, au sein d’un comité gouvernemental s’efforcent à réviser l’histoire de l’Inde et à prouver que le pays est hindou depuis les origines. Une manière de nier la contribution des chrétiens au développement de l’Inde, entre autres sur le plan de l’enseignement et de la santé et à diaboliser les musulmans considérés uniquement comme des envahisseurs qui infligèrent des violences aux hindous.

Une manière inquiétante de faire des chrétiens et des musulmans des citoyens de seconde zone et « de prétendre que les ancêtres de tous les Indiens, chrétiens et musulmans compris, sont descendants d’hindous et qu’ils doivent donc accepter leur ascendance hindoue et tous les aspects culturels de l’hindouisme », explique l’agence catholique de nouvelles UCA News, le 14 mars.

Cette relecture de l’histoire de l’Inde conduit parfois à des absurdités : ainsi un responsable d’un parti hindouiste a affirmé que le premier avion avait été inventé en Inde parce que dans le Ramayana, l’épopée mythique du dieu hindou Rama, il est raconté que celui-ci a emprunté un engin volant.

 

 

Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

cron  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.