Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


États-Unis

une ville de chrétiens pratiquants


Claudine Castelnau

 

 

12 février 2018

Avez- vous déjà imaginé une ville où seuls des chrétiens pratiquants pourraient devenir propriétaires de leur maison ou en hériter ? Eh bien des chrétiens méthodistes américains l’ont fait ! La ville, raconte la journaliste du Guardian, s’appelle Bay View, dans l’Etat du Michigan, un Etat au nord de Etats-Unis. Depuis plus d’une génération, raconte la journaliste Rose Hackman du Guardian des familles méthodistes venaient là pendant l’été et campaient. C’était le paradis au bord de la baie.

Puis des maisons se sont construites, des résidences secondaires pour ceux qui en avaient les moyens. Mais finalement « ce paradis n’est pas ouvert à tous, écrit la journaliste. A Bay View, seuls les chrétiens pratiquants ont le droit d’acheter ou même d’hériter de l’une de ces maisons. » 

Ainsi, l’un des résidents marié à une juive et dont les enfants sont juifs ne pourra léguer sa maison en héritage à sa famille... Un arrêté pris en 1947 et élargit en 1986 exige des futurs propriétaires qu’ils fassent la preuve de leur foi en produisant, entre autres, un certificat d’un pasteur prouvant qu’ils participent activement à la vie d’une paroisse.

Mais l’an dernier, une douzaine d’anciens résidents et de résidents actuels ont porté plainte contre la ville, l’association Bay Viewers et une agence immobilière, dénonçant comme illégale et inconstitutionnelle l’obligation d’être chrétien pour résider à Bay View.

Est-ce que Bay View est une communauté religieuse, cherchant simplement à pratiquer sa propre foi en paix, comme elle l’a toujours désiré ? Ou bien, est-ce, comme la plainte l’affirme, une communauté qui viole clairement les droits civils, constitutionnels et religieux sans parler de la loi de l’Etat en matière de logement ?

L’une des résidentes explique que Bay View a été fondée par des gens qui venaient camper et participaient à des réveils spirituels. Et un résident explique : « Les règles pour les membres ont toujours été les mêmes : être volontairement membre d’une Eglise chrétienne. Vouloir changer ces règles aujourd’hui, comme l’indique la plainte, serait malhonnête. »

Un autre remarque que « sous la présidence Trump, avec une Cour suprême où la droite ultraconservatrice domine en faveur d’arguments religieux, le résultat du procès est incertain. » Et il rappelle l’affaire du boulanger du Colorado, l’an dernier, qui avait refuser de faire un gâteau de mariage pour un couple homosexuel, en justifiant son refus par des arguments d’ordre religieux.
« La question posée au cœur de cette affaire était : une exception religieuse peut-elle justifier une discrimination ? »

The Guardian relève que « historiquement, aux États-Unis, la discrimination religieuse est allée de pair avec la discrimination raciale. On ne sait pas les motivations exactes des membres du conseil qui entre 1942 et 1947 ont introduit l’obligation d’être chrétien pratiquant et de race blanche pour être membre de Bay View. Mais les documents de cette époque révèlent une atmosphère blanche et protestante. Par exemple si les serviteurs ou employés quelle que soit leur origine, étaient autorisés à habiter Bay View, ceux qui n’étaient pas blancs ou pas chrétiens pratiquants n’avaient droit qu’à une nuit sur place. Ils devaient ensuite poursuivre leur route...

Et une résidente remarque que lorsqu’au milieu du XXe siècle, la ségrégation raciale a pris fin (officiellement du moins !) aux États-Unis, alors les Blancs ont multiplié les restrictions religieuses et créer des associations privées, comme celle de Bay Viewers, où ils pouvaient contrôler l’adhésion des résidents. « Ils n’ont pas besoin de voter Trump pour vouloir protéger un certain territoire. »

 

Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

cron  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.