Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Préjugés et antisémitisme


Claudine Castelnau

 

 

5 février 2018

Le Ministère de l’Intérieur a annoncé le 31 janvier que le nombre d’actes racistes, antisémites et antimusulmans avaient baissé en 2017, avec un bémol : les actions violentes sont en hausse, notamment à l’égard des juifs.
« Par ailleurs, relève Le Monde, l’année écoulée a enregistré un recul du nombre d’atteintes aux sépultures et aux lieux de culte chrétiens et musulmans après une hausse continue de 2008 à 2016. [Mais] les atteintes aux sites juifs ont eux connu une hausse de 22 % par rapport à 2016. »

En 2017, il y aurait eu 950 actes racistes antisémites et antimusulmans contre 1128 en 2016 (soit 16 % de moins). Et ce sont les actes antimusulmans qui baissent le plus (-34,5 %).

Pourtant, cette baisse ne doit pas faire oublier l’augmentation de faits violents, ceux qui impliquent l’intervention des forces de l’ordre note le ministère de l’Intérieur. De même, les églises et cimetières chrétiens ont été moins attaqués ou profanés en 2017, come les sites religieux musulmans. Le parquet de Pontoise a retenu par ailleurs l’agression par deux jeunes à Sarcelles, d’un garçon de 8 ans qui portait une kippa, le 29 janvier au soir. Les agresseurs l’ont jeté au sol et lui ont porté des coups, selon l’enquête de police.
Le chef de l’Etat, le premier Ministre et le ministre de l’Intérieur ont réagit. Le chef de l’Etat en condamnant cette agression : « Chaque fois qu’un citoyen est agressé en raison de son âge, de son apparence ou de sa confession, c’est toute la République qu’on agresse. »
Et le Premier ministre a dénoncé « une nouvelle forme d’antisémitisme violente et brutale » et le ministre de l’Intérieur constate  une « reprise d’actes antisémites particulièrement forts » depuis le début de l’année. « Toutes ces actions constituent de véritables insultes à la République, qu’il nous faut sanctionner et continuer de combattre sans relâche. » 

 

.

 


Le quotidien La Croix a publié le 31 janvier une interview du rabbin Michel Serfaty, président de l’Amitié judéo-musulmane de France. Il sillonne la France pour l’association et rapporte ce qu’il entend des préjugés antisémites les plus courants chez les jeunes :
« Pour certains jeunes, dit-il, “Le juif c’est le diable”, il n’est donc pas bon de le fréquenter ou même de lui parler. Certains propos sont clairement à connotation religieuse. Comme cette fois où je montrais un panneau avec les noms arabes et juifs d’Abraham et de Moïse. Un jeune m’a dit : “Je ne peux pas prononcer leur nom juif, sinon Dieu va me punir”. Ce type de propos, nous les entendons chez des enfants de 9-10 ans : ce doit donc être par le milieu familial que passe cette culture du mépris, et même de la haine du juif. Mais on peut penser qu’il circule aussi dans les mosquées. »

Le rabbin Serfaty relève aussi que le juif est considéré comme dangereux « parce que c’est lui qui frappe les musulmans en Palestine. » Une assimilation totale des juifs aux Israéliens et des musulmans aux Palestiniens.
De même, il note une grande ignorance de la Shoah « ce sont les juifs qui l’ont inventée » ou « qu’Hitler a bien fait les choses. »
«  Je ne crois pas que ce soit de la provocation : c’est plutôt un discours classique du monde arabo-musulman et que les familles n’ont pas cherché à en expliquer le caractère criminel. »
Les poncifs classiques sur les juifs avides de richesse et « tenant l’économie » circulent chez les adolescents. Et même les préjugés les plus grossiers comme : « Il est écrit dans le Coran que les juifs tiennent les sex-shops et que c’est pour cela qu’il faut les tuer. »

Dans cette interview parue dans La Croix, le rabbin raconte encore :
«  Parfois, avec mon ami l’imam Mohamed Azizi qui m’accompagne, nous nous amusons à taquiner[ ces adolescents. Je lui passe mon chapeau, je le présente comme rabbin et moi comme imam. Ils prennent mal ce jeu de rôle, car “rabbin” est pour eux une insulte. Devant une mosquée radicale, j’ai interrogé un jour un responsable pour savoir si la formule rituelle pour demander à Dieu « de faire disparaître les juifs et les chrétiens » y était récitée. Il m’a répondu faire en sorte de ne pas l’entendre. L’imam, lui, était convaincu que, “puisque c’est écrit, on ne peut pas le changer”. Et un fidèle qui s’est joint à la discussion a assuré que c’était même “indispensable”.
Je leur ai indiqué qu’un décret du roi du Maroc interdit désormais de la prononcer, mais pour eux, il ne représente pas le “vrai islam”. Le “vrai islam”, c’est que le monde entier devienne musulman. »

Quelle évolution constate-t-il depuis dix ans ? Réponse du rabbin :
« Il faudra sans doute une génération ou deux pour que le travail de l’école de la République produise ses effets. »

En attendant, rabbin et imam interviennent tous les mercredis devant les enfants et leurs parents accompagnés par une bonne cinquantaine de médiateurs de la ville.


 

Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

cron  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.