Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 


Sorcellerie en Afrique

 

 

Claudine Castelnau

 

 

19 septembre 2017

Ouganda, les Illuminati

« Depuis plus de trois mois, l’Ouganda se passionne pour une série de meurtres de femmes qui prend désormais une tournure politique », racontait tout récemment Le Monde dans ses nouvelles d’Afrique. Et le ministre de l’Intérieur de l’Ouganda a déclaré devant le Parlement que l’un des suspects arrêtés serait lié aux « Illuminati, une secte sataniste. »

Du côté de la police, et malgré des dizaines d’interpellations, on ne trouve rien de probant et ces meutres, déjà 21 cadavres retrouvés, gardent leur mystère. L’affaire agite le pays et le Parlement a décidé de cesser ses activités tant que le gouvernement n’aurait pas fourni d’explications sérieuses. Depuis le ministre ougandais de l’Intérieur a évoqué des assassinats à des fins de sacrifices rituels, se basant sur les aveux du princial suspect qui a dit avoir été contraint à commetre 12 meurtres de femmes « pour obtenir du sang [...] dans le but d’accroître la richesse de celui qui les a commandés. »

Quant aux 17 cadavres retrouvés près du lac Victoria, ils seraient l’œuvre des Illuminati « une accusation régulièrement utilisée lorsqu’on veut dénigrer une personne en Ouganda » commente Le Monde.

Ce terme d’Illuminati dans son sens ancien signifiait un plan secret de domination du monde. C’est aujourd’hui encore la théorie de ceux qu’on appelle les conspirationnistes.

Wikipédia explique que « les Illuminati et leur théorie du complot, permet de comprendre ces étranges récits alternatifs dont la présence dans le débat public - avant tout sur Internet - sèment [ le doute sur les faits annoncés par les médias et alimente la méfiance à l'égard des institutions démocratiques. En Afrique certains affirment que le plan des Illuminati consisterait à éliminer plus de 40 % de la population mondiale, pour accaparer pouvoir et richesses et qu’il a plus de chance de réussite dans  l’élaboration d’une pandémie [c’est-à-dire une épidémie qui s'étend à la quasi-totalité d'une population d'un continent ou de plusieurs] et dont le centre serait l’Afrique Noire. L’endroit est idéal, car c’est de là que sont parties les grandes épidémies des siècles passés. »

Les meurtres d’Ouganda paraissent plus relever de meurtres rituels ou de mises à mort de personnes accusées de sorcellerie. Par qui ? On aimerait en savoir plus.

 

 

.

 


L’enfant dans la Tamise

Richard Hoskins expert en sorcellerie et meurtres rituels de Scotland Yard et théologien, a raconté dans un livre « L’enfant dans la Tamise », paru chez Belfond, l’enquête qu’il a mené pour retrouver les coupables en Afrique et en Angleterre, d’un meurtre rituel d’enfant africain dont on avait retrouvé le tronc dans la Tamise. Il dénonce aussi certaines « Nouvelles Eglises », en Afrique dont les pasteurs utilisent la peur de leurs ouailles et exorcisent à tour de bras contre argent mais aussi « certaines Eglises revivalistes en Angleterre ont fait un mélange entre kindoki [esprit mauvais], évangélisme et mouvement charismatique. Ces pasteurs par leurs pratiques déviantes, encouragent dit-il, les parents à torturer leurs enfants accusés d’être des sorciers » et même conseillent de les envoyer sur le continent africain pour être « désenvoûtés » ou plutôt dit Hoskins, torturés, pour chasser l’esprit mauvais. Alors, ces femmes tuées en Ouganda étaient-elles aussi possédées par un esprit mauvais ?

Enfin les médias font état le week-end passé d’une macabre découverte au Mozambique : un jeune adolescent albinos de 17 ans a été retrouvé affreusement mutilé : ses bras et ses jambes coupées, son crâne fracassé et vidé de son cerveau.

« Dans toute l'Afrique, des albinos sont pourchassés, tués et amputés de leurs membres qui sont ensuite utilisés pour des rituels censés apporter richesse et chance. Un phénomène qui a pris une ampleur encore plus grande récemment dans le sud et l'est du continent, notamment en Tanzanie, au Malawi et au Mozambique, où les attaques se comptent par dizaines et n'épargnent pas les très jeunes enfants relève le site du quotidien Le Dauphiné libéré. Selon l'ONU, plus de cent attaques contre des albinos ont été recensées au Mozambique depuis 2014, essentiellement dans le nord du pays. Ils sont utilisés pour des rituels censés apporter richesse et chance. En Tanzanie, au Malawi et au Mozambique notamment, les attaques se comptent par dizaines. Et les très jeunes enfants ne sont pas épargnés. »

En Tanzanie, sur la côte est de l’Afrique où cette maladie génétique de l’albinisme (absence de mélanine dans la peau) touche 1 Tanzanien sur 1400, l’agence Reuters en 2009 avait annoncé que la police avait arrêté 32 « witch doctors », sorciers crédités du don de guérison, lors d’une campagne contre les meurtres rituels d’albinos.

Les associations de défense qui luttent contre ces attaques affirmaient que ces sorciers avaient fait au moins 75 morts d’albinos dans cette région de l’Afrique de l’Est depuis l’an 2000. Ils utiliseraient leurs poumons et d’autres parties du corps comme protection magique garantissant amour et prospérité. Arrêtées, 17 personnes en Tanzanie risquaient la peine de mort. C’était en 2009... En 2014, l’Assemblée générale des Nations-Unies a décidé d’une journée de sensibilisation sur la situation des albinos en Tanzanie avec la participation des autorités pour lutter contre leur stigmatisation et leur persécution et les croyances qui prêtent à leurs corps des vertus magiques, d’où ces meurtres.



Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.