Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Faites un test Sida
diagnostic médical
et non jugement moral
prévention n’est PAS condamnation
Conseil Œcuménique des Églises

 

Le Sida en Afrique

 

Claudine Castelnau

 

 

11 septembre 2017

L’agence de presse protestante italienne Notizie evangeliche (NEV) a annoncé le 7 septembre une consultation en Ouganda contre la théorie de la « guérison par la foi seule ». La consultation est organisée par le Conseil œcuménique des Eglises en partenariat avec ONUSIDA, un programme commun de l’Agence des Nations-Unies pour lutter contre le sida. Le but de la consultation : développer des stratégies qui contribuent à diffuser des thérapies médicales et lutter contre la diffusion de l’idée que la sida ne peut être combattu et guéri que par la foi et l’abandon de traitemens médicaux.

La pasteur Pauline Wanjiru Njiru est coorinatrice pour l’Afrique orientale du programme œcuménique pour le Sida organisé par le Conseil ocuménique. « Nous voulons, avec cette consultation affronter avec franchise la question de la “guérison par la foi seule” afin que ceux qui soutiennent cette théorie puissent comprence qu’il n’y a pas d’opposition entre science et religion », explique la pasteur.

Depuis toujours, l’attitude des communautés de foi vis-à-vis de la lutte contre le sida est ambivalente, commente l’agence NEV. D’un côté les Eglises ont un rôle d’éducation et d’accueil important par leur présence sur le territoire et leur proximité dans la vie réelle des gens [...] d’autre part toute attitude qui contribue à stigmatiser et culpabiliser les personnes malades trouve un terrain fertile dans une certaine théologie dont celle de la « guérison par la foi seule » est le dernier et préoccupant exemple. « Sur le terrain de la thérapie contre le sida, la médecine a fait beaucoup de progrès, explique la pasteur Pauline Wanjru Njiru, Il est juste que ces progrès puissent bénéficier au plus grand nombre sans être influencés par le message trompeur de la “guérison par la foi seule” », conclut la pasteur.

 

.

 


A propos du sida, un communiqué de presse des Nations-Unies paru au mois de juin 2001, rappelait que les pays touchés par le sida « sont ceux qui sont les moins en mesure de faire face au coût de la prévention et du traitement de la maladie [...] La plupart des morts causées par le sida touchent les jeunes tranches d’âge de la population :  la perte de ces jeunes vies affecte de manière disproportionnée la productivité, la croissance économique et le tissu économique et social des pays touchés.

Environ 13 millions d’enfants sont devenus orphelins du fait de la mort de leurs parents par le VIH/sida. Trois pays, à savoir l’Ethiopie, le Nigéria et l’Ouganda ont chacun plus de 900 000 orphelins du sida, et le nombre d’orphelins dus à la maladie continuera d’augmenter dans les pays où la pandémie couve et prend de l’allure. L’usage des préservatifs, qui protégeraient les utilisateurs de la contamination par le VIH, est rare dans la plupart des régions.  L’utilisation des condoms est la forme de protection la moins chère et la plus efficace contre la transmission sexuelle du virus du VIH.

En Afrique, la plupart des pays dépensent moins de 100 dollars par tête d’habitant par an. Le 21 juillet 2017, Sida Info Service faisait état de près de 37 millions de personnes vivant avec le virus du sida dans le monde dont 1,8 millions nouvellement infectées même si les nouvelles infections sont en diminution chez les adultes et les enfants depuis 2010 de même que les décès qui ont diminué de 48 % depuis 2005, même si en 2016 on comptait encore quelque 1 million de morts des suites des maladies liées au sida dans le monde.

La pasteur d’Ouganda a raison de se dresser contre une absurde façon de faire confiance à Dieu sans utiliser les outils que l’intelligence des scientifiques propose. Comme si Dieu aimait les imbéciles meurtriers, un peuple courbé sous la fatalité et la maladie avec ses conséquences désastreuses pour la famille et la société.

Il faut lire les descriptions de ces enfants orphelins, errant affamés et abandonnés dans certains villages d’Afrique par exemple, leurs parents étant morts du sida. Ou de toutes ces femmes contaminées par des irresponsables et vouées à contaminer à leur tour y compris les enfants à naître.

En Ouganda ce sont semble-t-il des chrétiens évangéliques qui prônent la foi aveugle comme moyen de tuer le virus du sida. Ailleurs, aux Philippines par exemple, où la prévention parmi les homosexuels est inexistante et l’accès aux préservatifs pratiquement interdit, la maladie progresse, selon un rapport de 2017 de l’ONG Human Rights Watch.

Dans ce pays à 80 % catholique, c’est l’Eglise catholique qui s’oppose à l’accès aux préservatifs et à une éducation sexuelle responsable et en 2015, la Conférence des évêques des Philippines jetait l’anathème contre ceux qui contractent le virus du sida les qualifiant de « produits de familles éclatées ou dysfonctionnelles ».


Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.