Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 

 

La franc-maçonnerie

 

 

Claudine Castelnau

et réaction d'un internaute

 

 

3 juillet 2017


Une longue interview de Christophe Habas, grand maître du Grand Orient de France
, le première obédience de France est publiée dans le Figaro du 22 juin.
Notre pays est le premier pays européen paour le nombre de franc-maçons, environ 170 000, répartis en une quinzaine d’obédiences et 6000 loges. Le Grand Orient de France est la première obdience française et son grand maître Habas expliquait les enjeux du tricentenaire de la franc-maçonnerie, célébré ce 24 juin 2017. Il y a donc 300 ans, en 1717, à Londres, quatre loges, dont la fondation est mythique, seraient issues des lointaines confréries et corporations du Moyen-Age, se fédèrent et créent la première Grande Loge.

Et parmi ses fondateurs, le huguenot français Jean-Théophile Désaguliers, qui sera Grand maître de la Grande Loge de Londres durant un année. Il est né à La Rochelle en 1683, fils d’un pasteur français réfugié à Londres au moment de la révocation de l’Edit de Nantes. Jean-Théophile Désaguliers, devenu John Theophilus, fera des études de droit au Christ Church College d’Oxford, sera reçu comme diacre anglican, alors qu’il n’a pas fait d’études de théologie autres que celles du cursus de droit, mais se passionnera surtout pour les recherches scientifiques et philosophiques d’Isaac Newton, devenu un ami. Pourtant, s’il est connu encore aujourd’hui, c’est comme l’un des fondateurs de la franc-maçonnerie dite moderne, parce que son texte fondateur, les « constitutions », rédigé par un pasteur presbytérien, James Anderson, en collaboration avec Jean-Théophile Désaguliers et adopté par la Grande Loge de Londres en 1723, unifie la maçonnerie anglaise.

En adoptant, entre autres une position théiste (l’affirmation d’un Dieu révélé). La franc maçonnerie apparaît en France en 1725 et le Grand Orient de France en 1773.

Quand on fait remarquer au grand maître Christophe Habas, qu’il règne beauoup de mystère autour de la franc maçonnerie, il répond que c’est « une institution initiatique [...] au service de l’humanisme des Lumières » pour la définir. Et ajoute : « [La franc maçonnerie] est aussi philanthropique car elle met la dignité humaine au cœur de toute société. Elle procède d’une démarche spirituelle intérieure et d’un questionnement collectif sur l’esprit du temps. Elle vise à développer un esprit critique, libre et émancipé. »

Qu’est-ce que la franc maçonnerie a apporté à la société française en trois siècle ?

Réponse : « C’est un lieu de pacification sociale, de relative mixité, de sociabilité. Elle a participé aux grandes révolutions du XXe siècle pour la démocratie, la laïcité, l’amélioration de la condition ouvrière, le féminisme (bien que son obédience n’accepte toujours pas les femmes). Elle est intervenue ensuite sur l’abolition de la peine de mort et l’IVG. »

Il reconnaît que la franc maçonnerie a échoué « sur la montée des extrémismes et sur les dégâts de l’ultralibéralisme aliénant [...] Il faut donc s’investir plus dans la société, car à quoi servirait-il de travailler à l’amélioration de la société dans nos temples si elle s’effondre à l’extérieur ! »

A la question du culte du secret qui entoure la franc maçonnerie et suscite tant de soupçons, le Grad Maître répond : « Le secret maçonnique est un secret initiatique pour permettre de découvrir et de vivre pleinement les rites iniiatiques [...] afin de ne pas exposer à l’antimaçonnisme. En effet, la francmaçonnerie est un engagement personnel qui requiert un lieu intime et sanctuarisé, la loge, pour s’accomplir [...] Libres à eux de se dévoiler ou non mais ils ne peuvent dévoiler un tiers sans son autorisation. »

Et lorsqu’on lui fait remarquer que ce secret peut apparaître anachronique dans une société ouverte, il répond que cette exigence de transparence est « un leurre, une injonction obscène et totalitaire à tout voir [...] Le monde a besoin d’invisible, d’énigme et de rêve. Le secret en loge préserve un espace de liberté d’expression, de travail sur soi et empêche que les bruits et les fureurs de ce monde ne troublent les travaux. »

Le Grand Maître propose aussi d’explorer d’autres voies que le néolibéralisme et la financiarisation de l’économie « qui conduisent à la dérégulation, la déréglementation, à plus de précarisation, transformant les individus en sujets narcissiques lancés dans la spirale consumériste [...] il faut des utopies pour une société plus humaine, plus fraternelle, plus égalitaire, où chacun puisse vivre librement, dignement, sans détruire son écosystème et sans être toujours en compétition. »

Enfin, dernière question du Figaro : Comment le Grand Orient qui défend une vision stricte de la laïcité républicaine envisage la montée de demandes d’origine religieuse musulmanes dans la société française ?

Réponse : « La loi de 1905 doit être appliquée de manière intransigeante. Cette loi assure ainsi la neutralité confessionnelle de l’Etat et la neutralité politique des religions. [Elle] traite toutes les religions identiquement et rejette tout communautarisme religieux qui revendique des droits spécifiques ou pratique des valeurs contraires à la liberté et à l’égalité. Mais le Grand Orient dénonce aussi le dévoiement xénophobe [...] de la laïcité par l’extrème-droite. »

 

 

Réaction d'un internaute

Quand vous faites la remarque que le Grand Orient de Frande n’accepte pas les femmes, vous affirmez un fait qui fût parfaitement exact pendant près de trois siècles. Mais il n’en est plus de même aujourd’hui.

Après une longue lutte interne (à laquelle j’ai participé...) il n’est plus interdit aux loges du GODF d’accepter des Sœurs !

Depuis 5 ou 6 ans nous avons quelques loges à majorité féminines, de très nombreuses loges intègrent les femmes, d’autres les acceptent en tant que visiteuses attitrées...   Ce n’est pas gagné partout mais ça progresse.

G.A.


Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.