Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français



et l'Irlande du Nord ?



Claudine Castelnau

 

19 juin 2017

L'avenir du Royaume-Uni est entre les mains d'une poignée de députés nord-irlandais membres d'un parti sulfureux. Après avoir perdu la majorité absolue au Parlement à l'issue des élections législatives anticipées du 8 juin, la Première ministre conservatrice Theresa May espère reprendre la main à la Chambre des communes en s'alliant avec le Parti unioniste démocrate (DUP). 

Les dix élus de cette formation protestante controversée, partisane du maintien de l'Irlande du Nord au sein du Royaume-Uni et pro-Brexit, permettraient aux conservateurs d'atteindre les 326 sièges requis pour former une majorité.

Depuis l'annonce des résultats les Britanniques demandent à Google de les éclairer sur les positions des possibles futurs alliés des conservateurs au Parlement. Et ce qu'ils ont appris au sujet de cette formation, méconnue au-delà des frontières de l'Ulster, les a parfois fait bondir : ainsi lundi dernier, plus de 735 000 personnes dénonçaient cette alliance dans une pétition réclamant la démission de Theresa May au motif que ses nouveaux amis défendraient des politiques homophobes, et sont créationnistes, climato-sceptiques, anti-IVG... hostiles à la science ou en faveur de la peine de mort.

Fondé en 1971 par le pasteur Ian Paisley, alors à la tête de l'Eglise presbytérienne libre d'Ulster créée par ses soins, le DUP ne semble guère avoir avancé depuis 1977. Cette année-là, le parti lance une campagne baptisée « Sauver l'Ulster de la sodomie » pour s'opposer à la dépénalisation de l'homosexualité.
Vingt ans plus tard, son fils, Ian Paisley Jr., réélu dans sa circonscription d'Antrim, confiait sa « répulsion » envers les gays et les lesbiennes, tandis que l'Irlande du Nord reste, en 2017, la seule nation du Royaume-Uni où les couples de même sexe sont privés de mariage.

« Dans le jardin d’Eden, il y avait Adam et Eve, pas Adam et Steve », argumentait en 2013 un autre député du parti, Et en 2016, un parlementaire du DUP a par ailleurs reconnu qu'il pensait jusqu'alors que les hétérosexuels ne pouvaient pas contracter le virus du sida.
 


Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.