Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 


Les coptes

 


Claudine Castelnau

 

17 avril 2017

Les coptes, ces chrétiens égyptiens qui sont la communauté chrétienne la plus importante du Moyen-Orient et dont l’origine remonte, selon la tradition, à l’évangélisation de l’apôtre Marc quelques années après la mort de Jésus sont encore sous le choc du double attentat-suicide à Tanta, une ville au nord du Caire et à Alexandrie, qui a frappé leur communauté le dimanche des Rameaux et fait 45 morts et plus de cent blessés.

Les attentats ont été revendiqués par l’Etat islamique. A la commémoration de la mort du Christ vnedredi et les clébrations dans les églises à travers le pays, s’ajoute « une tristesse décuplée pour la minorité chrétienne » a déclaré l’évêque copte Kirillos, cité par Le Point.
« Avec ces incidents, nous vivons avec le Christ dans sa douleur », a-t-il ajouté. Samedi, la communaté copte a fêté Pâques avec le pape copte Tawadros II qui présidait la célébration à la cathédrale Saint-Marc du Caire. Mais les églises n’étaient pas décorées en solidarité avec les familles en deuil. En attendant la visite du pape François en Egypte les 28 et 29 avril, bien décidé à venir malgré ces derniers attentats.

Le site du Point publie aussi des réactions et témoignages de musulmans égyptiens, après les attentats. Des témoignages d’indignation et de colère : « Au sein de la communauté musulmane du pays, c'est aussi le choc, écrit la correspondante du Point. J'ai souvent lu le Coran, s'indigne un musulman d'une cinquantaine d'années. Je n'ai trouvé aucun verset qui incite à tuer des chrétiens parce qu'ils ne sont pas musulmans. Les gens de Daech sont des criminels. Il faut trouver les moyens d'en finir avec eux, de les exterminer. Dans le nord du Sinaï, ils tuent tous les jours des soldats. »

Et une femme s'interroge : « Pourquoi tuer des chrétiens ? Ce sont nos amis, ce sont nos voisins. Ce sont des Égyptiens comme nous. » Et de raconter : « J'ai une amie d'enfance chrétienne. Nous ne parlons jamais de religion. Elle m'envoie des douceurs à l'époque de Pâques, et je fais pareil en période de ramadan. Je lui ai téléphoné après les attentats, je ne savais pas comment la consoler. »

Globalement, la population se lamente et s'agace face aux attentats de dimanche, relève la correspondante du Point. Ainsi d’un travailleur social : « Tout attentat est tragique, mais celui de dimanche est le pire d'entre eux, s'émeut-il. Les Coptes célébraient la fête des Rameaux, une grande fête chez eux. Ils s'embrassaient, ils échangeaient des rameaux en signe de paix, et on les tue à ce moment. C'est horrible. »
Ou cet homme qui « enrage : Nous ne luttons pas simplement contre des terroristes, mais contre des pays qui veulent détruire l'Égypte. Qui donne des armes à ces criminels, qui leur donne de l'argent pour les inciter à tuer ? »

 

.

 


Toujours sur le site du Point, le 14 avril, un article de Sébastien de Courtois, un journaliste spécialisé dans les minorités chrétiennes. Il écrit :
« La compassion ne vaut pas ignorance. La défense de leur cause est donc un humanisme, un travail constant de réflexion à une échelle plus globale. Nous ne défendons pas les chrétiens parce que nous sommes chrétiens, mais parce que nous sommes humanistes, héritiers des Lumières. Les communautés religieuses ont besoin de vivre ensemble pour dépasser leurs essentialismes réciproques [...] Il serait catastrophique pour les chrétiens de vouloir les découpler de leur environnement, donc des musulmans au milieu desquels ils vivent. »

Un chercheur explique : « Le traitement de la question [des chrétiens d’Orient] par certains médias bien intentionnés ne fait qu'ajouter de la confusion à leur propre positionnement identitaire au sein d'un Moyen-Orient en pleine fièvre aiguë d'islamisme. Ainsi, les présenter comme “descendants directs des premiers chrétiens, qui parlent la langue du Christ ” est certes très exotique et très vendeur, mais c'est passer sur le fait que dans leur immense majorité, ils sont arabophones, utilisent la langue arabe dans leur liturgie, et qu'ils n'ont eu de cesse d'illustrer la culture arabe. »

Le journaliste rappelle encore que « depuis plusieurs années, un phénomène migratoire massif des chrétiens touche tous les pays, à commencer par l'Irak – de manière systématique depuis mars 2003 –, la Syrie, l'Égypte aussi, depuis la répression par l'armée de leurs manifestations en octobre 2011.  On pousse les communautés chrétiennes d'Orient à partir, et c'est là que se situe le véritable danger. Un Orient sans chrétienté, c'est un Orient sans âme. »

Et même après Daesh, affirme un chrétien assyrien cité par Le Point, « La question de la confiance avec les musulmans a été rompue [...] Au fond, beaucoup idéalisent un passé de paix et de prospérité entre les communautés. Mais l'histoire montre que les choses sont plus complexes. Depuis probablement les Croisades l'image du chrétien est associée à l'Occidental venu “casser du musulman” […] Pourtant, ces chrétiens orientaux veulent vivre en paix dans leurs pays, avec ceux des autres religions, dans le cadre de régimes laïcs seuls garants d’une véritable citoyenneté, des droits de l’homme de la liberté de conscience ou de l’égalité de tous [...] En finir avec les fanatises religieux musulman, juif et chrétien. En finir avec toute forme de théocratie et de théologie politique, de confessionnalisme, de suivisme et d’instrumentalisation. » 

Mais on est tenté de penser que c’est peut- être trop tard pour cette société idéale rêvée !


Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   
   
   
«  

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.