Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 


Hani Ramadan

expulsé de France

 


Claudine Castelnau

 

11 avril 2017

Hani Ramadan islamologue suisse controversé, directeur du centre islamique de Genève et frère du polémique Tariq Ramadan est le petit-fils du fondateur des Frères musulmans égyptiens. Il a été interpellé à Colmar et raccompagné samedi à la frontière franco-suisse sous escorte policière. Il participait à une conférence en Alsace alors qu’il était sous le coup d’une interdiction du territoire français depuis la veille, 7 avril.

Selon l’AFP reprise par les médias, « Le ministère de l'Intérieur et les forces de l'ordre sont pleinement mobilisés et continueront de lutter sans relâche contre l'extrémisme et la radicalisation », a déclaré le ministre Mathieu Fekl.
« M. Hani Ramadan est connu pour avoir dans le passé adopté un comportement et tenu des propos faisant peser une menace grave sur l'ordre public sur le sol français », a encore expliqué le ministre.

En septembre 2002, Hani Ramadan avait fait scandale en défendant dans une tribune publiée dans Le Monde l'application de la charia et la lapidation des femmes adultères comme « une forme de purification ».

Il avait ensuite été licencié de son poste d'enseignant de français par le Conseil d’Etat genevois pour propos « contraires aux valeurs démocratiques et aux objectifs de l'école publique. »

Plusieurs manifestations où Hani Ramadan devait intervenir ont été interdites ou annulées en France, comme celle de Roubaix en juin, organisée par une mosquée de la ville. Des pressions politiques avaient provoqué cette interdiction, dont celle du président de région Xavier Bertrand : « Nous ne pouvons accepter que des manifestations publiques au cours desquelles des prédicateurs prônent la haine et la division nationale puissent se tenir sur le territoire français », avait écrit Xavier Bertrand.


Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.