Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

Italie


Mgr Michele Pennisi

un archevêque contre la Mafia

 

 


Claudine Castelnau

 

20 mars 2017

Mgr MIchele Pennisi, archevêque du diocèse sicilien de Monreale, près de Palerme, a décidé de refuser que les mafieux soient parrains dans les baptêmes. Très critique envers la mafia, il a déclaré qu’il voulait combattre l’idée que les bosses mafieux pouvaient avoir aussi un rôle paternel : « La mafia a toujours emprunté le terme de parrain (ou l’équivalent anglais godfather) à l’Eglise pour donner à ses bosses un air de respectabilité religieuse, a expliqué Mgr Pennisi à la presse. En fait ce sont deux mondes totalement incompatibles. »

Et l’archevêque sait bien de quoi il parle : il a dans son diocèse le fameux village de Corleone, pas seulement pour les romans de Mario Puzzo, Le Parrain, mais surtout fameux repaire de mafieux parmi les plus sanglants.

En février, l’archevêque a condamné publiquement l’un de ses prêtres qui avait accepté que le fils de Toto Riina, Giuseppe Salvatore, qui a pris la relève de son père et fait de la prison, soit le parrain de baptême de sa nièce. Toto Riina a été parmi les plus influents boss mafieux et accusé d’avoir ordonné plus de 150 assassinats lorsqu’il dirigeait Cosa Nostra en Sicile avant d’être emprisonné en 1993.

Son fils Giuseppe Riina lors d’une interview à la RAI, la télévision italienne, l’an dernier, il y faisait la promotion d’un livre dédié à ce père et il a expliqué qu’il avait eu « une enfance heureuse » et que son père, « un honnête homme, respectait la famille et les valeurs traditionnelles. »

A cela, l’ancien procureur anti-Mafia d’Italie a répondu : « Je me fiche de savoir si les mains de Riina ont caressé ses enfants. Ce sont ces mêmes mains qui sont couvertes du sang d’innocents. »

La décision de l’archevêque d’interdire à une personne convaincue de « crimes » d’être choisie comme parrain sera difficile à appliquer quand règne la loi du silence et une inextricable solidarité basée sur la peur autant que sur les services rendus. Mais l’archevêque est décidé à lutter contre la Pieuvre et à susciter des conversions.

Résultat : il a été menacé de mort depuis 2008, lorsqu’il a refusé un enterrement religieux à un boss d’une famille mafieuse importante et il est désormais protégé par la police.

En 2014, le pape François avait aussi lors d’une prédication place Saint-Pierre annoncé que « tous les mafieux étaient excommuniés », c’est-à-dire ne faisait plus partie de la communion des fidèles de l’Eglise catholique. Et ile pape avait ajouté : « Ceux qui dans leur vie suivent le chemin du mal, comme les mafieux le font, ne sont plus en communion avec Dieu. »

Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.