Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 

États-Unis

Les sorcières contre Trump

 

Claudine Castelnau

 

Le 24 février, le site BFMTV a annoncé un rendez-vous inattendu : devant la Trump Tower, à New York, sorcières et sorciers du monde entier étaient invités à partager « le plus important rituel jamais organisé la nuit de la lune décroissante, à minuit ». Et les organisateurs précisaient que ce rituel serait recommencé jusqu’au départ de Donald Trump du Bureau ovale [où le Président américain travaille].

Après les journalistes et les politiques de son pays, qui s’ajoutent aux féministes, aux artistes et autres mécontents, sans parler des Européens, ce sont donc les sorcières et sorcières qui déboulent. Mais pour parvenir à contrer le Président américain, il ne faut pas agir de manière désordonnée. Aussi les organisateurs sorciers ont-ils publié un document sur les objets à apporter et le rituel à suivre et fortement conseillé une prière de protection, probablement contre les esprits maléfiques qui se dégageraient de Donald Trump...

Le rituel devait être fait « au coup de minuit, jusqu’à ce que Trump quitte son bureau. Liez-le [par le rituel] afin qu’il n’attente plus à notre liberté ni emplisse nos esprits de haine, de peur, de désespoir. Et liez aussi tous ceux qui encouragent sa méchanceté et ceux dont la bouche profère des mensonges haineux [...] Jetez à bas leurs tours vaniteuses. »

Ces instructions ont soulevé la fureur d‘un groupe l’Alliance Nationaliste chrétienne qui crie au satanisme et au blasphème et dénonce la « guerre spirituelle » qui se met en place. Le mouvement annonce un « Jour de prière » chacun des jours où se manifesteront les néopaïens et leurs incantations contre Trump.

A ceux qui se moquaient, les sorciers ont répondu : « Supposez que cela fonctionne ! Essayons ensemble et l’on verra bien. » Ils rappellent aussi que le type d’incantation contre Trump avait déjà été utilisé en 1941 contre Adolf Hitler. Mais n’est-ce pas un curieux argument ? Hitler s’est maintenu au pouvoir jusqu’en 1945 !

 

.

 

Quant au néopaganisme, il touche quelques centaines de milliers d’adeptes aux États-Unis dont la plupart se rattachent au mouvement wicca et leur installation dans le paysage « religieux » étatsunien a été favorisé par une grande religiosité, une spiritualité effervescente, le New Age et un marché du religieux très ouvert.

Ainsi, certains néopaïens, ont une double appartenance : pratiquants du mouvement wicca et d’une dénomination religieuse comme l’Eglise universaliste unitarienne, très libérale sur le plan théologique (on l’a parfois qualifiée de « havre pour les hérétiques. ») Selon Anne-Marie Lassalette-Carassou (« Néopaïens dans l’Amérique d’aujourd’hui » cette Eglise aurait compté de l’ordre de 19 % de néopaïens ou assimilés parmi ses membres, soit quelque 95 000 fidèles. Ces « païens » ont aussi obtenu le droit de pratiquer leur religion dans l’armée américaine. Il existe des aumôniers néopaïens reconnus par l’Aumônerie de l’armée. Dans les prisons aussi.

 

.

 

Des députés républicains de l’État de Virginie-ouest ont déposé le 22 février un projet de loi qui reconnaîtrait la Bible comme un texte officiel à ajouter aux autres symboles officiels de la Virginie ouest, comme les rhododendrons, les ours noirs, les pommes golden et quatre chansons de country chanté par John Denver. Parmi les défenseurs de la proposition l’un d’eux justifie ce projet de loi : « La Bible est un livre qui existe depuis des milliers d’années. Nombre de principes de la Bible ont été repris par notre loi. »

Et quand on pose la question de la discrimination par rapport à d’autres textes fondateurs d’autres religions, les défenseurs du projet de loi répondent que « les gens n’adhèrent pas tous aux mêmes croyances. Il n’y a pas d’obligation à lire la Bible. Les gens ont élus leurs représentants pour faire passer les lois qu’ils veulent. S’ils pensent que c’est agressif, ils doivent le dire. »

Ainsi au Tennessee, le gouverneur républicain a bloqué un projet de loi qui aurait fait de la Bible le livre officiel de l’Etat et en Louisiane malgré le vote de la majorité républicaine en faveur de la Bible, livre officiel. Dans le Mississippi aussi, le projet de loi a été bloqué. Peut être certains se sont-ils souvenus du 1er Amendement de la Constitution américaine qui établit un « mur de séparation » entre les Eglises et l’Etat…

Herald-Dispatch.com


Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.