Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Allemagne et Suisse


Jeunes musulmans



Claudine Castelnau

 

Allemagne

12 décembre 2016

La Cour constitutionnelle de Karlsruhe, en Allemagne, a jugé le 7 décembre que des jeunes filles musulmanes de familles très conservatrices devaient prendre part aux leçons de natation mixtes organisées dans le cadre de leur école.

Ainsi une gamine de 11 ans refusait d’y participer même si on l’autorisait à porter un burkini ou un maillot de bain intégral au motif que cela allait à l’encontre des codes vestimentaires islamiques. Plus probablement d’ailleurs parce que le cours était mixte !

La Cour a rejeté l’appel des parents qui voulaient une dispense pour leur fille et prétendaient qu’un burkini n’était pas décent et s’est appuyé sur le fait que des tribunaux avaient déjà jugé qu’il n’existe aucune règle imposée en islam sur la manière de s’habiller.

« L’Allemagne, commentait le quotidien britannique The Guardian, est aux prises avec un débat public enflammé sur le rôle de l’islam dans la société alors qu’elle cherche à intégrer plus d’un million de musulmans, majoritairement des immigrés fuyant la guerre et la persécution et arrivés cette année. »

La Chancelière Angela Merkel, qui a perdu nombre de voix après avoir ouvert largement les frontières aux migrants, a proposé la semaine passée l’interdiction du voile intégral, cachant le visage. Mais après une interdiction de la Cour constitutionnelle en 2003, les enseignantes sont de nouveau autorisées à porter un foulard tant que cela ne provoque pas de trouble dans l’école.

L’avocat cité par The Guardian, qui plaidait pour une enseignante qui avait été suspendue pour avoir refusé de quitter son foulard a fait valoir que « la société allemande était bien plus menacée par les groupes d’extrême-droite, néo-nazis ou islamistes qui s’opposent à la diversité que par les couvre-chef des hommes et femmes musulmans, juifs ou chrétiens. »

 

Suisse

Les médias ont aussi raconté une affaire dans le nord de la Suisse dont les protagonistes étaient cette fois deux adolescents musulmans de 15 et 16 ans. Ils refusaient de serrer la main de leur enseignante, une tradition dans le milieu scolaire suisse. Ils prétendaient que c’était contraire à leur foi musulmane de toucher la main d’une femme en dehors de leurs proches.

L’école ayant accepté leur refus, l’histoire, révélée par le journal Schweiz am Sonntag a provoqué une levée de boucliers contre ce refus d’une tradition suisse marquant le respect dû à une personne. L’école a été accusée d’aller à l’encontre de l’intégration de ces jeunes et désavouée par le syndicat des enseignants de Suisse et la ministre de la Justice a rappelé que serrer la main faisait partie de la culture suisse.
D’autres, disent être avoir peur que si l’on cède pour la poignée de main, sur quoi faudra-t-il céder demain ?

La Fédération des organisations islamiques a ajouté que rien dans le Coran ne justifiait ce refus de serrer la main d’une femme tandis que le Conseil musulman de Suisse affirmait que les hommes et les femmes ne doivent pas se serrer la main.

En Suisse les musulmans représentent 5 % de la population et la question de l’islam est une question sensible. Un vote populaire, en 2009 a interdit la construction de minarets et en 2015, la burqa a été interdite dans le canton de Tessin.

 


Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.