Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


La Vierge au bord du lac Léman



Claudine Castelnau

 

 

5 décembre 2016

« La Vierge est toujours au bord du lac Léman. » C’est ainsi que débute une énième histoire d’affrontement entre laïcs et religieux racontée dans Le Monde du 3 décembre.

Au nom du principe de laïcité, et sur plaintes, le tribunal administratif de Grenoble avait ordonné en 2015 à la commune de Publier, sur la rive sud du lac Léman, d’enlever la statue de la vierge érigée en 2011 dans le parc communal. Un an et demi plus tard, la statue était toujours campée dans le parc et en novembre dernier le tribunal a de nouveau enjoint au maire de « retirer du domaine public communal la statue de la Vierge portant l’inscription “Notre-Dame du Léman veille sur tes enfants”. »

Cette fois-ci, la commune à trois mois pour exécuter le jugement sous peine d’une « astreinte de 100 euros par jour. » Hypocrite, le maire prétend n’avoir jamais reçu aucune injonction des services de l’Etat pour enver la statue. Et prétend : « Je suis un élu républicain, garant de la laïcité. On va trouver un terrain privé. » On a peine à le croire.

D’autant qu’il a accumulé délibérément les fautes en tant que maire : sans débat du conseil municipal, il avait financé pour 24 000 euros l’achat de la statue sur le budget communal (une somme énorme pour une petite commune de 6500 habitants), ce qui avait provoqué chez certains habitants de Publier des protestations et réveillé les laïcs et autres libres-penseurs qui ont porté l’affaire en justice.

Pour se sortir d’affaire, le maire a proposé de vendre la statue à une association culturelle catholique. Puis de céder 36 m2 du domaine public à cette association pour que la statue soit en terrain privé ! Le tribunal administratif de Grenoble a refusé cet arrangement et la statue devra être déplacée. Quant au maire on pourrait songer à le mettre à la retraite pour incompétence notoire ! Et fauteur de trouble, car il a réveillé, une fois encore par bêtise, le bon fond rationaliste et laïque français.

Ainsi sur un site rationaliste, des internautes s’offusquent de la christianisation de sites par des statues, des croix, que les mairies et donc les contribuables entretiennent. 0n se souvient aussi d’une polémique sanglante, et qui continue, autour de la statue de Jean-Paul II offerte par le sculpteur russe Zourab Tseretell et érigée à Ploërmel, dans le Morbihan, sur une place du village sur décision du conseil municipal.
Poursuivie par la Libre Pensée du Morbihan, la ville avait dû rembourser les 4500 euros que le Conseil général lui avait accordés pour la construction du socle de la statue. Cette même association de libres-penseurs avaient demandé que la statue de 7,50 m de hauteur soit déplacée hors du domaine public, rappelant que la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat interdit aux communes d’édifier des emblèmes religieux ailleurs que sur les lieux de culte, les cimetières... quand bien même la statue serait une œuvre d’art.

Selon l’hebdomadaire Le Ploërmelais, la ville avait alors pensé à déclasser la place du village du domaine public où se dresse la statue, comme au bord du Léman ! Finalement, en 2015, la cour administrative d’appel de Nantes a jugé que Ploërmel pouvait garder sa statue et in petto aller au diable ! Mais l’affaire n’est pas finie et ancien et nouveau maire, politiquement opposés s’affrontent pour le droit à la reproduction et à la vente de petites reproductions de la fameuse statue !

Enfin, le 19 novembre, à Cracovie en Pologne, les autorités civiles et religieuses catholiques ont déclaré solennellement le Christ, roi de Pologne. La cérémonie avait lieu dans la basilique en présence des autorités civiles dont le président de la Pologne Andrzej Duda. Le projet avait été déposé il y a plusieurs années par un groupe de députés et avait d’abord rencontré l’opposition de l’épiscopat catholique polonais.

Le site sputniknews  commente : « Le clergé polonais a reconnu finalement nécessaire la reconnaissance de Jésus-Christ roi de Pologne pour bien des communautés religieuses dans le pays. »

Jésus roi ! Que pense-t-il de cette promotion polonaise ce Jésus fuyant la violence avec ses parents et réfugié dans un pays étranger ? Alors que les autorités polonaises font barrage à l’accueil des réfugiés proné par l’Union européenne et entretiennent la « peur des musulmans » parmi la population, malgré les appels des Eglises polonaises ?

Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.