Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


 

Donald Trump et les églises « sanctuaires »




Claudine Castelnau

 

28 novembre 2016

L’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis n’en finit pas de faire des remous. Ses déclarations sur le renvoi de sans papiers – il avait d’abord déclaré que 11 millions d’étrangers devaient repartir, puis depuis son élection, 2 à 3 millions s’ils étaient condamnés par la justice – à commencer par les migrants mexicains ont provoqué une série de décisions de personnalités politiques comme d’ecclésiastiques.

Ce fut d’abord les maires de New York, Chicago et Seattle qui ont déclaré « sanctuaires » leurs villes et annoncé qu’ils protègeraient les migrants sans papiers de toute expulsion.

Les étudiants, professeurs, anciens élèves d’universités très cotées, comme Harvard, Yale et autres ont signé des pétitions demandant de protéger les étudiants sans papiers de toute exclusion.

Puis les communautés religieuses, églises et synagogues se sont déclarées « sanctuaires » pour les immigrés fuyant la déportation. Ainsi, Javier Florès, un Mexicain sans papiers et père de trois enfants, décidé à demeurer aux Etats-Unis pour leur sécurité a été accueilli publiquement par une Eglise méthodiste de Philadelphie. Depuis son arrivée en 1997 sur le sol américain, il a été expulsé et il est revenu plusieurs fois avant de se réfugier auprès de cette Eglise après avoir reçu l’ordre de se rendre auprès des services de l’immigration. Le pasteur a déclaré, lors d’une conférence de presse en compagnie de cet homme, que « si Javier et sa famille choisissent de rester parmi nous, nous les hébergerons. »

Nombre d’autres églises ont décidé depuis les élections d’entrer dans ce mouvement et de se déclarer « sanctuaires » et se sont regroupées dans le « nouveau mouvement de sanctuaire de Philadelphie ». Elles seraient déjà 17 églises et deux synagogues à proposer un abri sûr aux migrants pourchassés.

Depuis 2014, 13 églises de 9 villes ont hébergé ainsi et aider ces gens en offrant un service juridique. Et ces églises, écoles, hôpitaux sont considérés comme « sensibles » vis-à-vis de l’opinion publique et les services fédéraux évitent la plupart du temps de s’y rendre.

On se souvient du mouvement d’ « églises sanctuaires » dans les années 1980 alors que des centaines de réfugiés d’Amérique centrale cherchaient refuge aux Etats-Unis. Une version contemporaine de ces églises et lieux consacrés comme les cimetières où le pourchassé pouvait se réfugier.


Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.