Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Corée


La présidente Park Geun-hye

et le chamanisme



Claudine Castelnau

 

21 novembre 2016

La Corée du Sud est depuis quelques semaines dans la tourmente et sa présidente Park Geun-hye risque de se faire emporter. Pas seulement pour des affaires de corruption au plus haut niveau de l’Etat et dans l’ensemble de la classe politique, tous partis confondus, comme les Coréens hélas, y sont préparés !

« Mais ce scandale a pris une tournure particulière en raison de sa dimension mystique », écrit Le Temps, un site suisse d’information, tandis que nombre de médias commentent un « culte mystérieux », des « gourous » les Choi, père et fille « aux pouvoirs surnaturels », du « chamanisme » et même une obscure secte au nom curieux « Eglise de la vie éternelle », une création du père Choi dont certains médias précisent qu’il se serait « converti » au christianisme sans préciser ce qu’il était avant cette conversion.

Une « Eglise » mystérieuse elle aussi, traitée de « secte », mais sans qu’on en sache plus. Et c'est donc au titre de chamane, raconte le magazine Slate, que Choi aurait réussit a gagner la confiance de la présidente en affirmant être capable de rapporter des messages de sa mère défunte (l’ancienne Première dame assassinée en 1974, épouse de l’ex dictateur militaire Park qui dirigea le pays jusqu’en 1979). La fille, Mme Choi, a pris le relai à la tête de cette Eglise à la mort de son père en 1994, mais elle était déjà bien présente auprès de la Présidente, son père l’ayant désignée comme conseillère chamane et l’élection de Mme Park à la présidence de la Corée du Sud en 2013 a semble-t-il conforté leurs relations.

Bref, des liens à la fois mystérieux et mystiques qui ont provoqué la colère de certains parlementaires (y compris, d'ailleurs, au sein de la majorité), et déclenché une enquête sur la gestion par Mme Choi de deux fondations héritées de son père et officiellement crées pour promouvoir la culture et le sport, fondations abondamment financées par de grandes entreprises coréennes, dont le groupe Samsung, pour rester dans les bonnes grâces présidentielles. L’argent récolté, on cite le chiffre de 77 milliards, a fini en partie dans les comptes de Mme Choi !

L’affaire est devenue politique et inquiétante lorsque il s’est révélé peu à peu que non seulement il y avait une affaire de corruption très importante mais que la Présidente Park Geun-hye était sous influence, entre les mains de Mme Choi, en ce qui concerne les affaire de l’Etat. « Une marionnette » criaient les milliers de manifestants dans les rues de Séoul le 29 octobre, tandis qu’un député est allé jusqu'à affirmer récemment que la Corée n’était pas seulement une « dictature » mais une « théocratie terrifiante », c’est-à-dire gouvernée par des gens se réclamant d’une autorité divine.
De là à voir en Mme Choi, après son père, une « Raspoutine coréenne », comme la décrivent certains médias, en référence au sulfureux moine guérisseur qui tenait le dernier tsar de Russie Nicholas II sous son influence...

 


.

 

Le Korea Times, le plus ancien média anglophone publié en Corée, pose la question : « Choi Soon-sil, chaman ou spécialiste en escroquerie ? » dans son édition du 6 novembre. Le journal remarque que « si Choi Soon-sil est chaman, comme certains médias l’affirment, c’est une chaman différente de celles que nous connaissons, les “mudang”, ou exorcistes coréens [...] Normalement, une mudang porte la robe coréenne blanche traditionnelle et ne revêt des habits colorés que lorsqu’elle pratique un exorcisme. Elle est alors pieds nus lorsqu’elle est chevauchée [par les esprits] et dans la dernière phase de sa transe. Or Choi n’a montré aucun des signes d’une chamane traditionnelle. On raconte qu’il y aurait une tradition chamanique dans sa famille et que son père a commencé comme chaman en ayant une réputation de pouvoir spirituel bien plus important qu’un exorciste traditionnel. Avant de devenir pasteur. »

Et le Korea Times conclut que « La manière de se conduire de Mme Choi démontre plutôt qu’elle est une escroc de haut vol, qu’elle soit chamane ou pas et que son pouvoir mystique est celui de la manipulation [...] Mme Choi a dû se sentir exaltée, comme si elle était la Présidente et Mme Park son avatar, sûre que personne ne s’en apercevrait. Mme Choi utilise la magie ou elle est le bouc émissaire de quelque chose d’autre. Si elle est chamane, elle a utilisé ce pouvoir à son profit avec une maîtrise étonnante. D’autres investigations seront nécessaires. Et internet est plein de rumeurs folles, se référant chaque fois à une magie qu’aurait pratiquée Mme Choi. Ainsi, on l’a accusée d’être responsable du naufrage du ferry Sewol, en avril 2014, dans lequel auraient péri 304 passagers dont la plupart étaient des écoliers, un sacrifice humain qu’elle aurait offert en hommage à son père décédé. »


On comprendra peut-être un jour la raison mystérieuse de cet ascendant sur Mme Park. Mais derrière une grande maîtrise de soi, la Présidente de la quinzième puissance économique mondiale mais aussi le pays au taux de suicide le plus élevé en Asie de l’Est, se révèle extrêmement vulnérable.

Enfin, comme Le Monde le signale dans un long article le 19 novembre l’autre facteur c’est « l’environnement socioculturel dans lequel pullulent les sectes religieuses, dont beaucoup se nourrissent de spiritualité traditionnelle (chamanisme, divination, géomancie) enracinée dans la vie quotidienne. » Sans parler des Eglises et sectes évangéliques (25 % des Coréens s’y rattachent.)

 

.

 

Le chamanisme

Antonio J. Doménech del Río, antropologue et historien espagnol, spécialiste de la Corée écrit dans la revue Keulmadang de littérature coréenne : 
« Le chamanisme n’est pas une simple relique du passé, il est plus vivant que jamais et compte de plus en plus de pratiquants et de chamanes. Pour les Coréens, le chamanisme reste une réalité culturelle et religieuse. Le chamanisme coréen a connu une histoire mouvementée.
Quand les autres religions sont arrivées de l’étranger, elles ont rapidement dominé la société et le chamanisme a été repoussé dans les périphéries. Surtout pendant les périodes où bouddhisme et chamanisme sont devenues les idéologies premières de la société coréenne.
Autrefois  religion dominante, le chamanisme est devenu un culte dédié aux classes les plus basses de la société, majoritairement des femmes.
Le chamanisme coréen se définit par deux éléments clés : les chamanes et leurs rituels. Ce sont eux qui ont permis aux pratiques de survivre aux aléas du temps, depuis la création de la Corée jusqu’à aujourd’hui, malgré les oppositions et persécutions
[...]
C’est leur rôle d’intermédiaire entre le monde des esprits et le monde des humains qui est au cœur de l’identité des chamanes.
[...] 
Les chamanes ont également d’autres capacités comme celles de soigner, prédire l’avenir, préserver la culture coréenne traditionnelle et elles sont un genre de  prêtresses. Le gut est l’autre pilier du chamanisme coréen. Il s’agit du rituel mené par les chamanes pour prendre contact avec l’autre monde [par la danse, la musique, la transe] et y faire des rencontres selon les besoins de leurs clients. »

Et l’anthropologue cite l’une des mudang les plus célèbres de Corée qui a été nommée Trésor Humain Vivant et Patrimoine culturel immatériel par le gouvernement.

Alors, « Pourquoi tant de fureur à propos de Mme Choi en Corée, écrit un journaliste de l’AFP ? Eh bien, imaginez que votre chef d’Etat ait une voyante gitane comme conseiller principal et qu’il lui laisse choisir la formation de son cabinet... ».

Est-ce finalement parce que Mme Choi s’est servi d’un éventuel pouvoir chamanique non pour « unir ce monde séparé, guérir les blessures et recoudre ce qui est déchiré », comme l’a écrit une chamane célèbre, et au lieu rétablir l’harmonie entre le ciel, la terre et les humains, réclamer aux dieux et aux esprits toujours plus de pouvoir.



Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.