Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Irak

Mossoul

 


Claudine Castelnau

 

31 octobre 2016

Le 17 juin, un étudiant chrétien d’Irak, obligé de fuir Mossoul devant l’arrivée de Daesh disait : « La foi est tout ce qui nous reste. » La revue évangélique américaine, Christianity ToDay, qui le citait, revient avec d’autres médias sur le retour tant espéré par les chrétiens d’Irak à Mossoul et dans cette région d’Irak, au fur et à mesure que les forces irakiennes et les troupes de la coalition composée de Kurdes, de milices chiites et menées par les Etats-Unis avancent et chassent l’Etat islamique après deux ans d’occupation.

Des milliers d’habitants (on parlait de 50 000, majoritairement chrétiens mais aussi des Yézidis, des chiites et des musulmans libéraux) avaient fui en 2014 de la région à l’est de Mossoul alors que Daesh arrivait. Les églises furent profanées, détruites, bibles et livres religieux brûlés, prêtres assassinés, cloches emportées et les chrétiens prisonniers devaient se convertir à l’islam sous peine d’être exécutés s’ils refusaient.

1700 musulmans chiites furent exécutés à Mossoul selon les déclarations de Daesh. On évaluait à deux tiers les chrétiens d’Irak qui avaient fui le pays depuis l’arrivée des djihadistes, d’autres s’étaient réfugiés dans des villages chrétiens de la région mais avec la menace djihadiste se sont enfuis à leur tour. C’est ainsi qu’on a pu parler d’extinction à long terme des chrétiens d’Irak, passés de 1,4 millions en 2003 à un peu plus de 200 000, selon la revue évangélique Christian Today d’octobre.

Même après la libération de Mossoul, le statut des chrétiens, yézidis et autres minorités se fait de plus en plus incertain et Le pays vulnérable. Et les autorités irakiennes ne les incitent pas à revenir. « Le pays, en effet, est gagné par un raidissement religieux, relève Christian Today, comme l’atteste la récente décision du Parlement irakien d’interdire l’importation, la production et la vente d’alcool – un commerce dont beaucoup [de yézidis ou de chrétiens] vivaient avant la guerre. »

Et pourtant, les chrétiens de la plaine et de la ville de Ninive dans les faubourgs de Mossoul qui sont encore là espèrent que leur temps d’exil est fini et qu’ils vont rentrer chez eux un jour : « C’est ma patrie, explique l’un d’eux. La terre de mes ancêtres. Nous ne l’avons pas conquise ou prise par la force. Nous sommes des fils authentiques d’Irak et nous avons appris à vivre en paix avec les autres. »

Et le patriarche des Chaldéens Louis Sako, une Eglise catholique orientale dont le siège est à Bagdad veut le croire : « L’histoire des chrétiens dans la plaine de Ninive n’est pas terminée », affirme-t-il. Ce dimanche, Press TV annonçait que 1400 km2 avaient été libérés et 750 djihadistes tués à Ninive.


Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.