Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français


Irak

Daesh

 


Claudine Castelnau

 

24 octobre 2016

« L’organisation État islamique a été chassée du village de Dabiq, ville symbole de sa propagande. » Mais où est Dabiq et pourquoi est-ce si important que les djihadistes en aient été chassés ?

Dabiq est une petite bourgade dans le nord de la Syrie. Les djihadistes avaient fait de ce lieu une pièce centrale de leur propagande apocalyptique, explique Le Monde le 16 octobre. Il aura tout de même fallu 48 heures avec un pilonage intensif de l’artillerie et de l’aviation turque, et des groupes de l’Armée syrienne libre (ASL) pour entrer enfin dans la ville dont les djihadistes promettaient qu’elle serait le « tombeau » final des « croisés », c’est-à-dire les troupes de la coalition internationale.

Dabiq, cette bourgade de quelques milliers d’habitants était devenue bien malgré elle un élément central de la propagande millénariste de Daesh. Et Le Monde d’expliquer qu’elle était jusque là connue pour abriter le mausolée du septième calife de la dynastie omeyyade, Sulayman Ibn Abd Al-Malik qui vécu de 674 à 1717. Un mausolée que les djihadistes avaient, selon leur habitude ignare, soigneusement détruit au nom de la lutte contre « les symboles idolâtres ».

Comme les mausolées de Tombouctou au Mali détruits en 2012 Par les islamistes d’Ansar Eddine et que l’on vient juste de restaurer ou naguère, les trois bouddhas de la vallée de Bamyan en Afghanistan détruits par les talibans, tous frères idéologiques et ignares des djihadistes de Syrie.

Le Monde rappelle que si Dabiq est connue c’est « qu’elle a été mentionnée à outrance par Daesh comme lieu symbole d’une tradition prophétique particulièrement populaire chez certains djihadistes, celle de la dernière heure ou de l’Armagedon. Un hadith, attribué au prophète Mahomet évoque une bataille décisive qui devait opposer les musulmans et les Romains, les Byzantins [chrétiens] à l’époque, aujourd’hui les “croisés” occidentaux, dans la propagande djihadiste. »

Et Le Monde relève que le slogan n’est pas nouveau : en 2006, le « père » idéologique de l’Etat islamique, le Jordanien Zarkaoui prophétisait : « L’étincelle a été allumée en Irak et [elle est devenue] un feu qui brûlera, par la volonté d’Allah, jusqu’à ce qu’il ait consumé les armées de la croix à Dabiq. »
Une proclamation tempérée par un spécialiste de la société irakienne : « Cette dimension apocalyptique est aussi une projection occidentale à laquelle Daesh répond et que le groupe cherche à alimenter [...] En fait d’armées croisées, relève Le Monde, ce sont des rebelles syriens sunnites [donc du même islam que Daesh], appuyés par la Turquie qui ont expulsés ["écrasés disent-ils"] les djihadistes de leur village mythique ». 

Le mythe de la bataille finale d’Armageddon à Dabiq est fini, constate l’un des chefs de l’Armée syrienne de libération cité par l’agence Reuters. La fin du monde attendra... La bataille pour reconquérir Mossoul en Irak est plus urgente. Mossoul où le leader de l’organisation Etat islamique, Abou Bakr al-Baghddi s’était proclamé héritier des califes musulmans en 2014.

 

.

 

Et Armageddon ? Comme l’explique un spécialiste de l’Irak, la dimension apocalyptique sur laquelle s’est appuyé Daesh pour prédire la disparition définitive des croisés est inspirée  de cette vision apocalyptique connue en Occident et tirée de la Bible : la bataille d’Armageddon dans le livre de l’Apocalypse qui opposera dans une lutte finale Dieu aux gouvernements des hommes qui refusent, aujourd’hui déjà, de se soumettre à sa volonté.

La bataille d’Armageddon mettra fin à la puissance des ennemis de Dieu et aura lieu sur toute la terre. Quand ? Jésus a répondu à cette question : « Pour ce qui est du jour et de l'heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul. »


Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.