Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 

La cathédrale orthodoxe russe

de Paris

 

Claudine Castelnau

 

13 octobre 2016

Pendant qu’Alep-Est est détruite peu à peu par les bombardements de Damas et de l’aviation russe, il n’y aura pas d’inauguration en grande pompe de la cathédrale orthodoxe construite à Paris avec l’argent de la Russie, en présence de François Hollande et de Vladimir Poutine.
Le chef du Kremlin a annulé mardi 11 octobre sa visite prévue le 19 octobre et organisée sur le thème de l’amitié culturelle et cultuelle franco-russe.

« Ce sera une vitrine de la civilisation russe, un lieu de rencontre ouvert aux gens de différentes croyances et différentes opinions politiques, qui viendront discuter de la Russie, de l'Europe, de l'avenir de notre monde. Un peu comme le collège des Bernardins pour les catholiques », expliquait l’ambassadeur russe en France, cité par Les Échos.

Le projet de cette cathédrale sur les bords de Seine  avec ses cinq bulbes dorés  [« respectant les règles canoniques »] avait été voulu par le patriarche de l’Église orthodoxe russe Alexis II mort en 2008. Après bien des péripéties, un premier projet retoqué par Bertrand Delanoë, maire de Paris, parce qu’inesthétique et détonnant dans un environnement classé par l’Unesco, un changement d’architecte, la première pierre avait été posée en avril 2014.
Puis les ex-actionnaires de Ioukos, un groupe pétrolier russe démantelé après l’arrestation de l’oligarque et opposant au Kremlin Mikhaïl Khodorvski ont tenté de faire saisir le centre orthodoxe de Paris pour se faire dédommager par la Russie.
Mais la justice française a rejeté leur demande de saisie et le centre orthodoxe russe est devenu « bien diplomatique » russe rendant la saisie impossible.
« Pour ce faire, explique le quotidien La Croix, les avocats du Kremlin ont fait valoir  l'application d’un antique "droit de chapelle" consacré par un arrêté de la cour d’appel de Paris en 1924,  qui octroie aux missions diplomatiques le droit de faire construire une chapelle et d'en faire usage. »

C’est ce droit que la justice française a validé. « Et voilà la cathédrale changée en bien diplomatique », conclut Les Échos avec un brin d’ironie.
« En Occident, expliquent encore Les Échos, on associe les incursions de Vladimir Poutine en Ukraine, en Géorgie ou ses bombardements en Syrie à des réminiscences de la guerre froide.

Mais, selon le magazine Time les racines de la vision stratégique du président russe plongent plus loin dans l'histoire : une période où les tsars et les prêtres voyaient le rôle de la Russie dans le monde à travers le prisme de la religion orthodoxe. Poutine se veut le grand protecteur d’une confession religieuse qui compte quelque 260 millions de fidèles dans le monde dont une grande partie dans l’ancienne sphère d’influence de la Russie.

Toujours d’après [le magazine] Time, cité par Les Échos, « parmi les plus hauts membres du clergé russe, Poutine est souvent considéré comme un don de Dieu et un potentiel futur saint ». Aucun dirigeant russe depuis les tsars n'avait affiché une telle foi orthodoxe, affirme  encore Time. Le maître de la Russie ne vient-il pas inaugurer en octobre à Paris l'église orthodoxe située à proximité de la tour Eiffel ? Paris vaut bien une messe.  Il y aura bien une messe le 19 octobre mais pas de Poutine !

 


Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.