Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 

Les Français et la déprime

 

Claudine Castelnau

 

13 octobre 2016

Pour la seconde fois en moins d’un an, note Le Figaro du 13 octobre, l’Église catholique en France publie une sorte d’avertissement face à une crise  qui pourrait laisser « le dernier mot à la violence ».

Dans une interview au Figaro,  l’archevêque de Paris, Mgr Vingt-Trois répond à la critique que font les évêques de la « surmédiatisation de la politique », de « son combat de chefs » et du « mépris des électeurs » : « La volonté d’être les plus rapides et l’effet de répétition changent la nature de l’information. La présentation des programmes politiques et de leur spécificité est remplacée par une perpétuelle confrontation virtuelle entre les personnages et leurs déclarations supposées. Les opinions émises ne sont plus présentées pour elles-mêmes mais uniquement comme des prétextes à la promotion de leurs auteurs. On finit par donner de l’homme ou de la femme politique une image de duplicité permanente qui alimente leur discrédit. »

Toujours dans cette interview au Figaro, Mgr Vingt-Trois affirme que « dans la période troublée que vit notre monde, nous ne pouvons pas nous laisser gagner par une sorte de fatalisme selon lequel il n’y aurait plus rien à faire. » 
Et encore : « Nous ne pouvons pas prendre notre parti d’une vision de la société qui assurerait son avenir sur le rejet de ses membres les plus faibles et la fermeture de ses frontières à ceux qui luttent pour leur survie [...] L’identité française est assez forte pour se confronter à d’autres identités sans faire de cette confrontation un drame métaphysique. »

Et Le Figaro ajoute que l’interview du cardinal archevêque de Paris fait tout de même l’impasse sur les trois débats qui sont ouvertement au centre de la campagne présidentielle : celui de l’identité du pays, celui de la laïcité et celui de l’islam.  A une France « profondément pessimiste » et des Français qui perçoivent la réalité bien plus noire qu’elle n’est, telle que le rapport de France Stratégie publié le 12 octobre en dresse le portrait, les évêques français refusent la « sinistrose ambiante » et prêchent pour un nouveau contrat social loin des « enfermements identitaires » et de l’idée d’une « nation homogène ».  On ne peut qu’être d’accord…

 


Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.