Protestants dans la ville

Page d'accueil    Liens    

 

Gilles Castelnau

Images et spiritualité

Libres opinions

Spiritualité

Dialogue interreligieux

Hébreu biblique

Généalogie

 

Claudine Castelnau

Nouvelles

Articles

Émissions de radio

Généalogie

 

Libéralisme théologique

Des pasteurs

Des laïcs

 

Roger Parmentier

Articles

La Bible « actualisée »

 

Réseau libéral anglophone

Renseignements

John S. Spong

 

JULIAN MELLADO

Textos en español

Textes en français

 

Giacomo Tessaro

Testi italiani

Textes en français

 

Pèlerinage au Vatican

 

Claudine Castelnau

 

28 septembre 2016

350 personnes représentant 58 familles de victimes décédées ou blessées dans les attentats de Nice, étaient accueillies samedi dernier au Vatican par le pape François. Venues de Nice mais aussi du Maroc, des Etats-Unis ou encore d’Estonie, ces gens ont été reçus « sous le signe de la fraternité », selon les mots du pape, croyants de toutes les confessions ou non croyants, chrétiens, juifs athées et musulmans (un tiers des morts et blessés.

La secrétairie du Vatican avait bien spécifié que ce voyage devait avoir un caractère œcuménique d’où la présence à côté des représentants de la municipalité ou du président de la région PACA, Christian Estrosi, de l’association de dialogue interreligieux des Alpes-Maritimes.

Fraternité avec tous les représentants des cultes du département, dont le président du conseil presbytéral de l’Eglise protestante unie de France, un évêque, le vice-président du culte musulman, les représentants du consistoire israélite ou encore le recteur de la paroisse orthodoxe grecque de Nice.

« C'est une grande émotion pour moi de vous rencontrer, vous qui souffrez dans votre corps ou dans votre âme parce qu'un soir de fête la violence vous a frappés aveuglément, vous ou l'un de vos proches, sans considération d'origine ou de religion », a dit le pape, à ses visiteurs.

Dans son discours, il a renouvelé ses appels au dialogue entre tous, particulièrement entre chrétiens et musulmans. « L'établissement d'un dialogue sincère et de relations fraternelles entre tous, en particulier entre ceux qui confessent un Dieu unique et miséricordieux, est une urgente priorité », a lancé le pape François, avant de se mêler à la foule de ses victimes et des familles en deuil, pour les saluer, les étreindre et parfois les réconforter de quelques mots.

Ce voyage organisé sans l’aval du conseil municipal a soulevé quelques polémiques : « Pourquoi aller rencontrer le chef spirituel et temporel d'une religion parmi celles pratiquées par les victimes ? Il y a des musulmans, des juifs, des protestants, des bouddhistes et des athées parmi les victimes de ce terroriste. Les exclure de ce type de consolation officielle relève de la muflerie et même de la provocation », déplore une conseillère municipale écologiste.

Quant à la section niçoise de la Ligue des droits de l’homme, elle estime que le président Estrosi à l’origine de ce voyage « s'autorise à bafouer sans vergogne le principe de laïcité. »
« Les victimes étant de toutes confessions, doit-on s'attendre bientôt à financer un pèlerinage à Jérusalem, à La Mecque ou à Bénarès ? » a ironisé la Ligue des droits de l’homme qui se réserve « s'il s'avère qu'une partie des coûts liés à ce déplacement resteront à la charge de la collectivité territoriale, nous interpellerons le préfet des Alpes-Maritimes afin qu'il exerce le contrôle de légalité sur la délibération qui autorise cette dépense illégale, car contraire aux principes posés par la loi de 1905. Les citoyens niçois sont contraints de financer par leurs impôts un pèlerinage au Vatican, opération à caractère religieux ».

 


Retour en page d'accueil
Retour vers Claudine Castelnau
Vos commentaires et réactions

 

 

haut de la page

   

 

Les internautes qui souhaitent être directement informés des nouveautés publiées sur ce site
peuvent envoyer un e-mail à l'adresse que voici : Gilles Castelnau
Ils recevront alors, deux fois par mois, le lien « nouveautés »
Ce service est gratuit. Les adresses e-mail ne seront jamais communiquées à quiconque.